La salle consacrée aux Azteques

Les chefs-d'oeuvre du british museum

La salle consacrée aux Azteques

A présent, faisons demi-tour et ressortons par la porte par laquelle nous sommes entrés au fond de la salle. Nous allons nous diriger vers les salles situées de l'autre coté de l'escalier.

Nous entrons dans les salles consacrées aux collections du continent américain. La salle 27 est consacrée aux civilisations d’Amérique centrale et plus spécifiquement aux Aztèques.
Les Aztèques, peuple d'Amérique centrale, occupaient le Mexique au moment de l'arrivée des Espagnols. La légende veut que la ville de Mexico ait été fondée selon la prophétie des dieux à l’endroit où un aigle perché sur un cactus dévore un serpent. C'était en 1345 de notre ère. La ville se développa rapidement et les Aztèques établirent des relations commerciales avec les cités environnantes tout en dominant la région. Le serpent appartient donc aux mythes fondateurs de la ville. Nous allons, dans cette salle, en voir deux exemples. Le premier dans la vitrine à droite en entrant. C'est un petit serpent à deux têtes entièrement recouvert de turquoise. Objet précieux, il servait de pectoral au grand prêtre. Les turquoises dont il est recouvert servaient aux paysans à payer l'impôt à leur conquérant aztèques. Elles ornaient un grand nombre d’objets rituels tels que masques, couteaux, bijoux. Ici les turquoises sont taillées en petits cubes et incrustées dans morceau de bois. Regardez l'élégance et les proportions parfaites de cet objet, le coloris délicat et chatoyant de la turquoise et combien les artistes ont su jouer avec les couleurs et varier les nuances pour figurer la peau du serpent. Les deux têtes aux gueules ouvertes sont décorées de coquillages rouges et blancs. Les crocs acérés et les gencives rouges lui donnent un air cruel. Les yeux aujourd'hui vides devaient être auparavant ornés de pierre ou de coquillages. Ce serpent porté comme un bijou symbolisait la force du dieu et son pouvoir destructeur. Car dans la mythologie aztèque les dieux ont toujours plusieurs fonctions y compris un côté obscur. Le monde Aztèque pouvait paraître cruel. Car pour accomplir leurs travaux, les dieux réclamaient un lourd tribut de cœurs et de foies humains. De toutes les religions d'Amérique du Sud, c'est la religion aztèque que nous connaissons le mieux, car elle était toujours active au moment de l’arrivée des espagnols. Le serpent à turquoise est le foudre, symbole du feu solaire du terrible Uitzilotochtli, dieu sanguinaire associé a une divinité beaucoup plus calme, dieu de la pluie et des moissons : Tlaloc. Sa représentation est peut-être celle exposée à gauche du serpent, dans la vitrine.

Comme le serpent, il est de bois et il est recouvert d'une mosaïque de turquoise. Les dents sont en coquillages. Regardez autour de ses orbites creuses: 2 serpents sont enroulés, l'un en turquoise bleue et l'autre en turquoise verte. On sacrifiait au dieu Tlaloc, dieu de la fertilité et des noyés, des jeunes gens dont les pleurs symbolisaient la pluie.
En bref, le serpent est associé à l'eau et appartient aux mythes fondateurs de la cité. La mère des dieux, déesse de la terre, portait une robe de serpents tressés. Autre dieu important, le serpent féminin invoqué pour la guerre et les sacrifices de captifs sous le nom de "serpent à jupe". À la fois majestueuse et monstrueuse, elle est représentée avec des serres d'aigles. Des ornements humains lui servant de parure: cœurs humains ou tête de squelette.
Revenons vers le milieu de la salle, vers une sorte d’estrade. Sur celle-ci, nous découvrons un autre serpent enroulé et taillé dans une pierre dure et de style très réaliste puisque nous pouvons voir les anneaux de sa queue. Vous les voyez ? C'est un serpent à sonnettes avec, dans sa bouche ouverte, une langue à deux branches. Il témoigne de la dextérité et de la technicité que possédaient les artistes aztèques.


<< 16 - La salle des curiosi...         18 - La salle d’expositio... >>

Sommaire complet du dossier :