La statue de Canova

Les chefs-d'oeuvre du kunsthistorisches museum de vienne

La statue de Canova

Montons les marches et retrouvons-nous sur le palier devant la première œuvre du musée. C’est une statue également en marbre blanc et elle montre un homme nu casqué levant sa massue pour frapper un centaure renversé à ses pieds.

Nous sommes au pied d’une œuvre signée de l’un des plus grands sculpteurs européens : le vénitien Antonio Canova. Cette œuvre est appelée le groupe de Thésée. 2 mots sur l’artiste tout d’abord. Né dans une famille de tailleurs de pierres, il apprit dès son plus jeune âge à tailler le marbre. Après avoir remporté plusieurs prix à l’Académie des beaux arts de Venise, il réalisa des œuvres qui allient l’imitation de la nature avec les beautés idéales de l'antique. En découvrant cette statue, tachons de comprendre pourquoi il est tant admiré.
Tout d’abord, instinctivement, quelle est la 1re impression qui se dégage ? Selon nous, ce serait une impression de force contenue. Alors, regardons cela plus en détail, regardons cette imposante sculpture de marbre ! Elle montre un guerrier grec antique s’apprêtant à frapper de sa massue un centaure, cette figure mythologique à moitié homme et à moitié cheval. Le guerrier est montré dans la nudité propre aux héros antiques. Seul son casque prouve qu’il s’agit bien d’un soldat. Nous y retrouvons les qualités de la sculpture classique et, en tout premier lieu, la perfection de la musculature des corps masculins. Prenez le temps de regarder le corps du soldat. Admirez comme Canova a su magnifiquement représenter le corps du héros : il est tendu dans la fougue de l’attaque. Il lève sa massue avec violence pour terrasser son ennemi. Mais rien n’est exagéré. Tout est retenu afin de dégager la beauté idéale d’un athlète antique. Regardez ce torse parfait  avec la marque bien dessinée des pectoraux et la ligne creusée descendante jusqu’au nombril. De même, voyez la jambe pliée qui écrase le centaure. Elle est rendue avec beaucoup de véracité. Nous voyons parfaitement le mollet tendu, les plis de la chair derrière le genou. Mais pas de veine saillante. Ah, bizarre quand même. Du coup, on ressent un petit manque. Le corps est parfait, mais trop parfait et peut être un peu froid selon nous. Il s’agit d’une caractéristique de cette époque. Les corps masculins sont idéalisés et arrêtés dans leur mouvement - un peu comme sur un instantané photographique. Il lève sa massue de la main droite pour frapper le centaure et pourtant nous avons le sentiment qu’il est arrêté dans son action, que le mouvement est figé. En revanche, le centaure, est marqué par l’expression de la douleur. Il essaye de retenir le bras de son ennemi dans un geste désespéré. Nous assistons à une scène de théâtre. Canova fut le maître du marbre de Carrare. Un marbre italien d’une grande blancheur qui fut exporté dans toute l’Europe et que beaucoup de sculpteurs utilisèrent en raison de sa pureté. Pendant votre séjour à Vienne, si vous avez l’occasion d’aller dans l’église Saint Michel, vous pourrez admirer le superbe tombeau de l’archiduchesse Marie Christine exécuté dans le même marbre et toujours par Canova.


<< 4 - L’escalier d’honneur...         6 - Gustav Klimt... >>

Sommaire complet du dossier :