Le tableau des scènes de la vie de la Vierge

Les chefs-d'oeuvre du musée d'art ancien de bruxelles

Le tableau des scènes de la vie de la Vierge

Le forum dans lequel nous sommes est en fait le croisement des deux musées, Art Ancien et Art Moderne. Pour aller dans l’art moderne, il faudrait reprendre la porte par laquelle nous sommes entrés et descendre sous terre par un escalier roulant. Ce sera pour une autre fois. Nous, nous allons prendre la porte d’accès au musée d’art ancien, celle que nous vos avons signalée il y a quelques instants. Là, nous monterons l’escalier qui se trouve face à nous. Nous vous attendons au niveau du deuxième palier, là où une porte s’ouvrira à votre droite.

Alors, prenons la porte à notre droite, et après les quelques marches, allons jusqu’au fond de la pièce, face à un long tableau du Moyen Age peint sur bois, et qui représente des petites scènes de la vie de la Vierge.

Un tableau tout en longueur présentant 5 petites scènes séparées par des colonnettes peintes.

Alors, commençons par décrire, en partant de la gauche du tableau. Car ce genre d’œuvre se lit comme un livre, de gauche à droite. La première scène montre un homme et une femme qui se font face : c’est sainte Anne et saint Joachim, les parents de la Vierge, qui se rencontrent à une des portes de Jérusalem, la porte dorée. La scène suivante montre cette même femme assise dans un lit, avec une petite fille dans les bras : c’est la naissance de la Vierge. Les deux scènes suivantes vont ensemble: c’est le Christ qui couronne Marie, entourée d’anges musiciens. Enfin, la dernière scène à droite montre la Vierge tendant un enfant à un homme barbu, à droite. Cet enfant, c’est le Christ. Marie est en train de le présenter au temple.

Ainsi, ici est présentée, d’une certaine manière, toute la filiation du Christ, depuis ses grands-parents, Anne et Joachim, jusqu’à lui, couronnant sa mère. Cet ensemble devait décorer la base d’un retable d’autel. Le retable, c’est un grand panneau vertical derrière l’autel. Il pouvait être peint ou sculpté et représentait une grande scène, visible de puis la nef de l’église. Mais souvent, en dessous, à la base, étaient présentées différentes petites scènes en rapport avec le sujet central du retable. On peut imaginer qu’ici, le retable devait représenter une grande image de la Vierge. Mais on ne sait pas. Car ce panneau a été retrouvé isolé et très abîmé. Il servait, jusqu’au 19e siècle, de planche à une armoire de sacristie. C’est pour cela que nous pouvons voir des coups de rabot, à gauche et à droite. La planche a tout simplement été rectifiée pour répondre à sa nouvelle fonction.

On ne sait pas qui a réalisé cette œuvre. C’est un maître anonyme, comme il y en a beaucoup en cette fin de Moyen Age. Mais l’œuvre est très belle. Prenez le temps d’observer la finesse des détails, voyez aussi le goût pour le rendu des matières, les tissus notamment, et enfin la gravité des expressions des visages. Comme nous le verrons un peu plus loin, ces quelques éléments sont déjà des caractéristiques de la grande peinture flamande du 15e siècle. C’est dans ce genre de contexte artistique que pourra éclore quelques années plus tard, l’art extraordinaire des primitifs flamands, que nous allons découvrir dans la salle suivante.


<< 4 - L’histoire du musée ...         6 - Roger Vann der Wèïde... >>

Sommaire complet du dossier :