Le « paysage avec patineurs et la trappe aux oiseaux » de Piiter Breugel l’ancien

Les chefs-d'oeuvre du musée d'art ancien de bruxelles

Le « paysage avec patineurs et la trappe aux oiseaux » de Piiter Breugel l’ancien

Le musée possède une autre œuvre de Piiter Breugel l’ancien, un tout petit tableau, un chef-d'œuvre absolu : c’est « le paysage avec patineurs et la trappe aux oiseaux ». Il ne se trouve pas dans cette pièce, mais plus loin. Nous vous expliquerons pourquoi lorsque nous y serons. Aussi, n’attendons pas plus, et continuons notre périple dans le musée pour rejoindre cette petite œuvre. Nous aurons à marcher un moment. Passons par la porte qui se trouve à droite du « Dénombrement de Bethléem ». Là, nous partirons vers la droite, et traverserons en longueur toute la salle, le couloir, et encore la salle suivante. Nous nous arrêterons lorsque nous arriverons tout au bout, dans un couloir pavé de pierre et non plus de bois.

Vous y êtes ? Bien. Alors, face à nous se trouve un escalier, et à notre gauche, une porte donne accès à une nouvelle enfilade de salles. Ces salles contiennent toute une donation d’œuvres faites par un couple de collectionneurs, la famille Delporte - Liivrow. En Belgique, lorsqu’une collection est donnée à un musée, elle doit être présentée dans son intégralité, et les pièces ne doivent pas en être séparées. C’est pourquoi toute cette collection est présentée ensemble, dans cet endroit, formant un peu une sorte de sous-musée dans le musée. Nous y verrons le petit Breugel que nous vous avons mentionné. Pour cela, prenons donc cette porte d’accès à notre gauche, et traversons toutes les salles, jusqu’au bout. Dans la dernière salle, sur le long mur du fond, face à nous, se trouvera ce beau petit tableau tout doré, le paysage avec trappe aux oiseaux et patineurs.

Vous avez trouvé ? Charmant, n’est-ce pas, avec cette belle lumière dorée du ciel, qui se reflète sur le paysage enneigé. Ici plus qu’ailleurs, Breugel a bien conçu l’équilibre de ses couleurs : ocres, or, blanc, gris et bruns, tout se marie dans une symphonie d’une douceur extraordinaire. Dans ce petit village, la vie suit son cours paisible. Des adultes et des enfants s’amusent sur la glace de la rivière, jouant au palet, sorte de Hockey sur glace, ou glissant sur des patins. A droite, sur le sol, des oiseaux sont en train de picorer des graines. En bas, au milieu, deux grosses corneilles noires sont perchées sur des branches regardant les hommes qui s’amusent. Elles sont à peine moins petites que les humains, et font une parfaite transition avec le monde des oiseaux à droite.

Mais ce calme n’est peut-être qu’apparent. Car, par exemple, observons que les oiseaux qui mangent sont insouciants de la trappe de bois posée en équilibre instable au-dessus d’eux. À droite de la trappe, on voit une corde qui court jusqu’à la maison voisine. Tirée de l’intérieur de la maison, elle fera tomber la trappe, qui écrasera les oiseaux. Et ceux-ci sont inconscients du danger.
Tout comme les hommes d’ailleurs, qui se délassent insouciants, sur la glace, alors que dans la glace, tout en bas du tableau à gauche, vous voyez… il y a un trou. Certains se trouvent même dangereusement près.
Ajoutons que dans la symbolique de la peinture de l’époque, la glace peut être symbole de la perversité. Elle est belle, tentante, mais marcher dessus est dangereux : on peut passer au travers et se noyer. Vu comme cela, le tableau, malgré son aspect charmant, serait une image de la folie du monde.

Qu’en pensez-vous ? C’est une interprétation, bien sûr. Mais il semble que Breugel aimait introduire des sens cachés dans ses œuvres. Son ami, le géographe Abraham Ortélius écrivait que chez son ami Breugel, il y a toujours un peu plus que ce qui est montré… Mais que cela ne nous empêche pas de nous laisser prendre par l’atmosphère extraordinaire de raffinement de cette oeuvre, de cette brume dorée dans laquelle notre esprit peut s’évader, jusqu’à la ville qui se détache au loin, à l’horizon à gauche.


<< 22 - La chute des anges r...         24 - Le tableau de Piiter... >>

Sommaire complet du dossier :