La sculpture intitulée « l’homme au nez cassé »

Les chefs-d'oeuvre du musee rodin

La sculpture intitulée « l’homme au nez cassé »

Face à la porte par laquelle nous sommes entrés et devant une fenêtre, nous voyons une tête de marbre sur un socle. Le titre de la sculpture est « l’homme au nez cassé ». Elle a été créée en 1863. Rodin avait alors 23 ans. Une chance d’échapper au statut d’artisan était d’être accepté au « salon », l’exposition annuelle qui consacrait les talents. L’œuvre devait passer, avant l’exposition, devant un jury d’acceptation. Son exécution devait être académique, c'est-à-dire conforme aux conventions imposées par l’école des Beaux arts. Cette œuvre, la 1re qu’il présenta au salon, fut refusée. Voyons pourquoi.

Et pour cela, brossons d’abord le contexte. En 1863, Rodin n’est pas le seul à être refusé au salon. Il ya aussi d’Edouard Manet, dont ce sont aussi les débuts en peinture, et qui fait scandale avec son « déjeuner sur l’herbe ». Désormais considéré comme un chef-d’œuvre absolu ; il est l’une des pièces maîtresses du musée d’Orsay.
Mais bon, revenons à l’homme au nez cassé. Son modèle en est Bibi, un homme de peine qui rend des services ici et là. La sculpture est conforme au goût de son temps par son éclectisme. Eclectisme voulant dire imitation des styles du passé, antiquité, 16e ou 18e siècle. Ici, c’est l’antiquité qui influence l’artiste. Mais en quoi cette sculpture est elle éclectique ?
Regardons d’abord la coiffure de l’homme, il a un drôle de serre-tête ? C’est une coiffure à l’antique,
regardons maintenant la barbe : elle est courte et rappelle les portraits antiques.
Observons à présent les yeux : il leur manque la pupille tout comme dans les portraits romains antiques
Regardons maintenant les traits : ils sont accusés, le nez est cassé et sur la peau courent de nombreuses rides profondes. Bref, le visage est réaliste comme dans les portraits antiques
Admirons enfin l’expression de ce visage : quelle est son expression ? Joyeuse, insouciante ? Non, elle est sévère, ce qui est assez fréquent dans les portraits romains antiques.
Ce portrait fait donc référence, par de nombreux caractères, aux portraits romains antiques. Ce qui est conforme à l’éclectisme et à l’académisme.
Pourquoi alors ce buste est-il refusé ? Et bien, parce que malgré tout, Rodin rompt avec les usages de son temps pour 2 raisons :
D’abord parce que le portrait fut jugé trop réaliste et manquant de l’idéalisation conventionnelle.
Ensuite pour la raison suivante : nous avons devant les yeux un tirage en marbre d’un original en terre cuite qui n’est pas conservé au musée. C’est cet original en terre cuite qui avait été exposé au salon. Or ce n’était pas un véritable buste, mais un masque. Or, à cette époque, les conventions voulaient un buste véritable.
Le buste ne fut par conséquent pas accepté au salon. Rodin, un peu en rupture, du alors entrer dans un atelier. Ce fut celui de Carrier-Belleuse, l’un des sculpteurs le plus en vue et qui participait aux grands travaux de Haussmann à l’Opéra et au Louvre par exemple.


<< 6 - L’enfance de Rodin...         8 - La jeune femme au ch... >>

Sommaire complet du dossier :