La salle d’Hermaphrodite

Les colletions de la villa borghese

La salle d’Hermaphrodite

Passons maintenant dans la petite salle suivante, celle de l’hermaphrodite.

Nous voici dans une toute petite salle. Lorsqu’on y entre se trouve, face à nous, une sculpture en marbre blanc de Paros, marbre réputé dans l’Antiquité pour sa blancheur immaculée. La statue représente un personnage couché sur le ventre. Si son corps semble être celui d’une femme, son visage et sa coiffure le démentent. De fait, il s’agit d’un hermaphrodite, être mi-homme mi-femme, qui fascinait aussi l’imaginaire des anciens. Cette sculpture date du premier siècle après Jésus Christ. Elle est sans doute une copie romaine d’un original grec.
Pour sa statue d’hermaphrodite, restaurée en son temps par le Bernin, le cardinal Scipion Borghèse avait conçu une armoire de bois. La statue était donc habituellement cachée aux regards indiscrets ou concupiscents et n’était montrée qu’à des amis ou des visiteurs jugés dignes de la découvrir. Notre cardinal entretenait ainsi son petit secret érotico-fantasmagorique! Il faut dire que l’hermaphrodite est un être bien étrange. Symbole très positif, il représente l’union parfaite des deux sexes, l’unité absolue de l’être primitif, telle que l’imaginait le philosophe grec Platon. Et peut-être que la présence de cette œuvre dans les collections du cardinal est aussi à mettre en rapport avec la pensée humaniste des intellectuels de l’époque, pensée largement inspirée des philosophes de l’Antiquité.


<< 13 - L’enlèvement de Pros...         15 - La salle des gladiat... >>

Sommaire complet du dossier :