La salle du silène

Les colletions de la villa borghese

La salle du silène

Et maintenant, tournons le dos à la porte par laquelle nous sommes entrés et empruntons la porte qui se trouve dans le mur à notre gauche, afin de nous rendre deux salles plus loin. La première salle que nous traverserons dans sa longueur est appelée « salle égyptienne. » S’y trouvait autrefois la collection d’antiquités égyptiennes, aujourd’hui au Louvre. On y voit toujours, peints sur le plafond et en incrustations de marbre au sol, des motifs d’inspiration égyptienne et des copies de hiéroglyphes. Rendons nous directement dans la salle suivante, dite « salle du silène », où nous pourrons découvrir les magnifiques tableaux du Caravage.

Vous y êtes ? Très bien. Au milieu de cette salle, se trouve une sculpture de marbre représentant un satyre barbu dansant au son des crotales qu’il tient en main. 2 mots à ce sujet : les crotales sont de petites cymbales de cuivre. L’oeuvre antique fait encore notre admiration par le beau mouvement de torsion du corps. Notons qu’elle fut fortement restaurée au début du 19ème siècle par le sculpteur Berthel Torwaldsen. Torwaldsen, d’origine danoise, était l’un des grands sculpteurs néo-classiques de Rome, avec Antonio Canova, dont nous avons vu tout à l’heure, la belle Pauline Borghèse. Ici, l’artiste a notamment réalisé les crotales. A l’origine semble-t-il, le satyre tenait plutôt une flûte.


<< 15 - La salle des gladiat...         17 - La grande Madone au ... >>

Sommaire complet du dossier :