L’œuvre de Lucas Cranach

Les colletions de la villa borghese

L’œuvre de Lucas Cranach

Passons maintenant dans la salle suivante, par l’une des deux portes encadrant la Déposition de Raphaël.

Faisons immédiatement face au mur par lequel nous sommes entrés. En son centre, un grand tableau, rectangle vertical, représentant une longue Vénus nue, sur fond noir. Elle est accompagnée, à gauche d’un tronc d’arbre qui accentue encore l’aspect étiré de la composition, ainsi que d’un petit amour mangeant une galette de miel autour de laquelle volent des abeilles. Il s’agit d’une œuvre du grand artiste allemand du 16ème siècle, Lucas Cranach l’Ancien. La nudité de cette déesse de l’amour et de la beauté est accentuée par son collier, sa superbe coiffure ornée d’une résille, son chapeau aristocratique, et le très léger voile de gaze qui flotte à hauteur de son giron et de ses cuisses. Ce corps long et blanc est très éloigné des canons antiquisants de l’Italie d’alors. Il répond bien plus aux canons de beauté de l’Europe du Nord et fait apparaitre Vénus de façon très éthérée et lui hôte tout caractère aguichant. Cette peinture a une portée très moralisante. En effet le petit texte en lettres dorées, à droite de la tête de Vénus, rappelle que la volupté est de courte durée et est suivie généralement de… douleur, jalousie, rupture, regrets… C’est ce que manifeste le petit amour, qui après avoir goûté aux délices du miel, ne manquera pas de se faire piquer par les abeilles. Et puis, après avoir vu Cupidon commettre une bêtise, Vénus qui ne semble pas plus inquiète que cela des piqures qu’il va recevoir, relève la tête vers le public, comme pour lui dire « vous voyez ce qui se passe lorsqu’on cède à la tentation de plaisirs fugaces ».

Dans l’Allemagne protestante, comme d’ailleurs en Flandre et en Hollande, ce type de peinture moralisante était très prisé par la bourgeoisie citadine. Rappelons que Cranach, était un ami de Luther, qui ne se distinguait pas particulièrement par son goût de la fantaisie !


<< 22 - Le portrait de la fe...         24 - Le tableau du Corrèg... >>

Sommaire complet du dossier :