Le fonctionnement de l’hôtel

Les invalides et le tombeau de napoleon

Le fonctionnement de l’hôtel

Le véritable maître des lieux, au quotidien, était le gouverneur. Le premier, François Lemaçon d'Ormoy, avait été choisi directement par Louvois qui appréciait son caractère ferme et incorruptible. Sa première tâche avait été de rédiger le règlement intérieur. Pour être admis aux Invalides, il fallait justifier d'au moins dix ans de service ou bien être totalement «  hors d'état de servir, soit par sa trop grande vieillesse, soit par ses blessures ou maladie incurable ». Les Protestants n'étaient admis qu'à condition de se convertir au catholicisme. Une fois dans la place, les trois mille pensionnaires étaient répartis, comme à l'armée, en compagnies. Désormais, ils devaient se plier à des règles de vie très strictes. Par exemple, il était formellement interdit de conserver des victuailles dans les chambres, d'y boire et d'y fumer. L'hygiène était le principal souci du gouverneur. Un sergent par compagnie vérifiait si le balayage quotidien des chambres avait été réellement effectué et veillait à ce qu'on ne jette pas le contenu des pots de chambre par les fenêtres. Le rythme de la journée était donné par les repas. Les officiers et les simples soldats prenaient leurs repas séparément et n'étaient pas logés à la même enseigne. Ainsi, les gradés se servaient de couverts en argent alors que les autres pensionnaires devaient se contenter de simples fourchettes en étain. Seuls les Invalides mariés avaient le droit de découcher deux soirs par semaine pour retrouver leurs épouses. Sinon, à 21 heures l'hiver, et, à 22 heures l'été, le couvre-feu était déclaré. Peu de distractions rompaient la monotonie des journées. Le seul moyen de tromper le temps était de se livrer à de modestes travaux de serrurerie, de peinture ou de bricolage. Prenant conscience de cette oisiveté, le gouverneur en vint à créer des ateliers de cordonniers ou de tailleurs dont la production contribuait au fonctionnement financier de l'établissement. C’est ainsi que fonctionna, l'hôtel des Invalides jusqu'à la révolution.


<< 7 - L’origine des Invali...         9 - L’église des soldats... >>

Sommaire complet du dossier :