L’église des soldats

Les invalides et le tombeau de napoleon

L’église des soldats

Consacrons maintenant quelques instants à cette église des soldats. Comme on peut le constater, son architecture est dépouillée à l'extrême. De plan rectangulaire, elle est surtout remarquable par sa clarté. La lumière pénètre abondamment par les grandes fenêtres de la voûte. Rappelons qu'au dix-septième siècle, les vitraux colorés furent délaissés au profit de simples verrières transparentes. Ainsi, les fidèles pouvaient voir aisément le prêtre célébrer la messe. Regardez au premier étage, vous voyez des tribunes. Elles constituent, sans doute, le seul élément architectural un peu original. Leur présence s'explique par la nécessité de mettre à profit le moindre espace disponible. En effet, plusieurs milliers de personnes devaient assister ensemble aux offices religieux. Dès l'époque de Louis quatorze et jusqu'à nos jours, les drapeaux pris à l'ennemi lors des campagnes militaires sont accrochés au-dessus de ces tribunes. Malheureusement, les plus anciens ont disparu. En effet, 1417 d'entre eux ont été volontairement brûlés en 1814 pour qu'ils ne tombent pas aux mains des Autrichiens, des Anglais ou des Russes qui venaient de vaincre Napoléon.
Autre élément spécifique à l'église des soldats, les plaques de pierre ou de métal qui ornent les piliers séparant les bas-côtés. Elles portent les noms des gouverneurs et des glorieux militaires qui ont été enterrés dans le caveau funéraire situé sous vos pieds. Cette crypte abrite, ainsi, les tombes de certains héros des guerres napoléoniennes comme Bessières, Jourdan ou Moncey. Une tradition qui s'est poursuivie jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. C'est là également que sont inhumés Rouget de l'Isle, l'auteur de la Marseillaise et Dominique Larrey, le chirurgien attitré des armées de Napoléon. Saccagée à la Révolution, l'église a perdu, en grande partie, son mobilier d'origine. La chaire, d'où le prêtre s'adressait aux fidèles lors des sermons, et la grille du chœur en acier et cuivre ont été refaites dans la première partie du 19e siècle.

Dans cette église des soldats, seuls deux éléments ont été conservés d’origine. Il ya d’une part le beau buffet d'orgue de 1679, situé juste au-dessus de l'entrée de l'église. Et, d’autre part, il y a les deux bénitiers en forme de coquille placés de chaque côté de la porte par laquelle vous êtes entrés tout à l’heure. C'est par là également que vous allez sortir pour continuer votre visite.


<< 8 - Le fonctionnement de...         10 - L’église royale... >>

Sommaire complet du dossier :