L’église royale

Les invalides et le tombeau de napoleon

L’église royale

Nous allons maintenant gagner le tombeau de l’empereur. En sortant de l’église, tournez tout de suite à gauche. Passez devant la monumentale cage d'escalier menant à l'étage puis empruntez le couloir couvert juste à gauche.

A mi-chemin dans ce couloir, vous apercevez par les fenêtres de gauche, la reconstitution de la tombe de Napoléon telle qu'elle avait été aménagée à Sainte-Hélène : une simple dalle de pierre au milieu d'arbustes, c’est ce que les Anglais avaient aménagé comme tombe pour leur grand ennemi Napoléon.

Continuez ensuite jusqu’au bout du couloir, vous voici de nouveau en plein air. Là, sur votre gauche et juste dans le prolongement de l'église des soldats, le monumental bâtiment cubique surmonté d'une coupole est, vous l’aurez deviné, l'église royale.

Le contraste avec l'église des soldats est saisissant. Finies l'austérité et la sobriété. Ici règnent le faste et la magnificence. Jules Hardouin-Mansart a conçu un espace carré. Quatre chapelles, dédiées chacune à l’un des pères de l'église catholique, occupent les angles de ce carré. La partie centrale est mise en valeur par une coupole aux dimensions imposantes. Culminant à plus de 101 mètres- record absolu de hauteur pour le Paris du 17ème siècle- elle doit sa légèreté apparente à ses douze fenêtres. De plus, grâce à ces mêmes fenêtres, l'intérieur de l'édifice baigne dans une lumière abondante qui fait ressortir l'éclat des peintures et la finesse des sculptures.


<< 9 - L’église des soldats...         11 - La chapelle du châte... >>

Sommaire complet du dossier :