Le bâtiment de la Glyptothek

Munich: promenade autour de la place royale

Le bâtiment de la Glyptothek

Maintenant, tournez le dos aux Propylées et allez vers le bâtiment de la Glyptothek situé à gauche. Nous vous retrouvons en bas des marches devant le péristyle à colonnes.

Nous avons déjà observé son architecture de loin. Nous allons à présent la décrire plus en détail. Alors, pour ce qui concerne l’architecture du bâtiment, elle reprend la forme traditionnelle d’un temple antique. Au centre, une haute colonnade porte un fronton et indique l’entrée, tandis qu’une aile plus basse se déploie de chaque côté. Regardez les ailes maintenant : chacune est percée de 3 niches abritant des statues antiques. En fait, il ne s’agit pas d’antiquités laissées à l’air libre, mais d’œuvres du 19e siècle représentant des personnages de la mythologie ou de l’histoire de la Grèce ancienne. Regardez par exemple dans la première niche creusée à gauche de la colonnade, nous voyons un homme casqué, un militaire donc. Il s’agit de Périclès, l’un des grands hommes politiques athéniens. A l’époque de la démocratie athénienne, il put se faire choisir comme chef et resta au gouvernement pendant 15 ans. Il réussit à faire de sa ville l’une des principales puissances de la Méditerranée. Mais surtout et voici le rapport avec la Glyptothèque, il fut le commanditaire des Propylées et du Parthénon sur l’Acropole. Et maintenant, regardons la seconde statue à sa gauche : elle montre un homme âgé et pensif. Il s’agit de Phidias, le plus célèbre sculpteur de l’antiquité qui vécut 5 siècles avant Jésus-Christ. Il dirigea les travaux de décoration du Parthénon sur l’acropole et réalisa une gigantesque statue en bronze d’Athéna dont le socle seul mesurait déjà 5 mètres sur 5. Enfin, la troisième montre Héphaistos, que les Romains appelaient Vulcain, le dieu des forges, indispensables à la réalisation des statues de bronze.
Observez maintenant l’aile située à droite de la colonnade. Nous voyons tout d’abord un soldat romain reconnaissable à sa cuirasse à frange et à sa tunique lui barrant le torse et retombant sur le bras. Mais pourquoi un romain au milieu de tant de Grecs ? Il s’agit du grand empereur Hadrien qui régna de 117 à 138 sur l’empire romain. Son souvenir est marqué dans la pierre, car il fit transformer le célèbre Panthéon de Rome et lui donna son aspect actuel, bâtit le château Saint Ange, également à Rome, et une magnifique villa à Tivoli. Il est suivi par deux figures mythiques : Prométhée et Dédale. Dans la tradition grecque, le géant Prométhée créa la race humaine, qu’il modela avec de la glaise avant de lui insuffler la vie. Ne voulant pas laisser les hommes démunis, il déroba une étincelle au char du Soleil et leur offrit le feu. Il fut puni de cette offense aux Dieux et enchaîné au sommet du mont Caucase où un aigle venait ronger son foie, qui chaque jour repoussait. Il personnifie la force créatrice et le génie qui défit les Dieux. Quant à Dédale, il construisit pour le roi de Crète Minos un labyrinthe d’une complexité inimaginable pour enfermer le Minotaure, un monstre sanguinaire à corps humain et tête de taureau. Dédale symbolise le génie mathématique nécessaire à l’architecture. Levez maintenant les yeux vers le fronton triangulaire supporté par la colonnade. Et oui encore une fois une imitation des bas reliefs antiques ! Mais si nous regardons bien, il ne s’agit pas d’un bas relief. Vous le savez, dans un bas-relief, les figures sont plates et simplement sculptées directement sur le fronton ; ici en revanche les statues sont en trois dimensions. Vous vous doutez également que malgré leur aspect trompeur – ces statues ne sont pas antiques, mais furent réalisées au 19e siècle. La disposition est traditionnelle : au centre, il y a une personnalité importante qui nous fait face et plusieurs personnages masculins l’encadrent à droite et à gauche.
Qui est donc représenté au centre ? Une divinité que vous avez sans doute déjà rencontrée au cours de voyages ou même sur beaucoup de bâtiments publics. Elle est vêtue d’une longue toge ou robe antique plissée et porte sur la tête un casque grec. Ce costume à la fois guerrier et féminin appartient à Athéna, déesse de la Sagesse et protectrice des arts plastiques. Ces derniers sont matérialisés par les huit personnages masculins qui se tiennent près des produits de leur invention comme des vases, des statues ou un chapiteau de colonne. Regardez le dernier jeune homme assis à l’extrême droite : il est occupé à contempler un vase pour en déterminer la qualité.


<< 5 - Les reliefs décorant...         7 - Les œuvres les plus ... >>

Sommaire complet du dossier :