Le fronton Est du temple d’Éphèse

Munich: promenade autour de la place royale

Le fronton Est du temple d’Éphèse

Vous traversez maintenant la salle suivante pour vous rendre directement dans la seconde. Il s’agit de la salle 9 qui présente de la même manière une série de statues guerrières sur une longue table. Nous vous attendons une fois encore devant ces statues.

La scène est identique à celle de la salle précédente. Nous voyons à nouveau un combat entre des guerriers nus. Ces statues se trouvaient à l’origine également sur le fronton du temple d’Éphèse. Vous devez certainement vous demander si elles étaient superposées aux sculptures que nous avons déjà étudiées. Eh bien non, il s’agit en fait du second fronton qui se trouvait sur la face est du temple. De chaque côté, le temple était surmonté d’un tel fronton comme vous pourrez le voir sur la maquette exposée dans la salle.
Au centre, nous retrouvons la déesse Athéna ou plus exactement son visage, car le reste de la statue n’a pas été retrouvé. Admirez les traits de ce portrait plein de noblesse et de calme avec un léger sourire. La chevelure bouclée est typique de la statuaire féminine grecque. Regardez son front et sa tempe droite : curieux ces deux trous, non ? En fait, la déesse portait à l’origine un casque, certainement en métal et fixé par des sortes de vis : on ne voit plus aujourd’hui que les trous. Dommage ! En revanche, certains soldats sont admirablement bien conservés comme l’archer de droite. Regardons-le attentivement, car il permet d’identifier l’ensemble de la scène. Il est revêtu d’une superbe cuirasse dont nous distinguons très bien les plaques de métal dessinant un damier. De même, regardons en haut des cuisses et sous l’aisselle du bras tendu tenant l’arc : nous voyons les franges et plis de sa tunique. Mais le détail essentiel est le casque. N’est-il pas étrange ? Il forme une vraie gueule de lion rugissant. Le sculpteur a rendu avec précision les longues moustaches du museau dont les plis sont très réalistes. Est-ce un casque d’apparat richement décoré ? Non, pas du tout. Il s’agit d’une vraie tête de lion jetée sur ce casque et l’archer en question est le plus fameux héros de la mythologie : c’est Heraklès pour les Grecs ou Hercule pour les Romains. Hercule était le fils du Dieu Zeus et d’une mortelle. Entre autres exploits, il tua le lion de Némé considéré comme invincible et en conserva la peau avec laquelle il se couvrit. Hercule n’était pas présent lors de la fameuse guerre de Troie qui était représentée sur le premier tympan, mais il entraîna une guerre contre cette ville. Cet épisode est beaucoup moins connu. Il y eut en fait deux guerres successives et ce fronton montre la première. En voici le résumé :
Dans la mythologie grecque, Laomédon est le second roi mythique de Troie et le père de Priam. Vous vous souvenez de Priam, qui était le souverain de la ville lorsqu’éclata la seconde guerre de Troie avec l’aventure du cheval de bois. Mais revenons à son père Laomédon : il fit bâtir par le Dieu Poséidon les murs de la ville de Troie pendant que le Dieu Apollon gardait les troupeaux royaux. Quand les Dieux eurent achevé leur travail, Laomédon leur refusa le salaire promis. En punition, Poséidon lâcha un monstre marin qui dévora les habitants. Un oracle révéla alors à Laomédon qu’il lui fallait sacrifier régulièrement une jeune vierge pour apaiser le monstre. Un jour, le sort tomba sur sa propre fille. Hercule lui proposa de sauver la jeune fille contre une paire de chevaux divins donnés par Jupiter. Laomédon accepta, mais encore une fois refusa de payer. Décidément !! Ce Laomédon est incorrigible et Hercule déclara alors la 1ere guerre à Troie. Il réussit grâce à ses alliés à prendre la ville et tua Laomédon et tous ses fils à l’exception de Priam qui put monter sur le trône de son père. Alors justement, regardez à la droite d’Athéna : c’est Priam que nous voyons. Il est reconnaissable au bonnet phrygien qu’il porte sur la tête. Sa pose est très élégante et en même temps brutale. Il s’apprête à percer le flanc du guerrier grec placé devant lui. Mais la plus belle sculpture de cet ensemble est sans conteste le guerrier couché à l’extrémité gauche. C’est un guerrier portant un casque et s’appuyant sur son bouclier. Il s’agit du roi troyen Laomédon qui s’effondre après avoir reçu une flèche lancée par Hercule. Admirez la manière pathétique avec laquelle il essaye de ne pas s’effondrer complètement au sol. Voyez comme le sculpteur saisit cet instant magique et tragique: on voit deux forces s’affronter en Laomedon. D’une part, la rage de vivre et de se battre : voyez comme il réussit à s’appuyer sur son bouclier. Mais on voit aussi que la flèche lui a été fatale et que la mort arrive: car son visage barbu se penche déjà vers le sol. Et c’est ce moment très précis du combat interne entre vie et mort que saisit le sculpteur.


<< 8 - Le Fronton Ouest du ...         10 - La statue d’Alexandr... >>

Sommaire complet du dossier :