La rue Na Prikope

Nove mesto : de la maison municipale a la place venceslas

La rue Na Prikope

Nous sommes devant la tour poudrière et la Maison Municipale est à notre droite. Sur notre gauche, il y a une large rue, c’est la rue Na Prikope qui commence. Avant de nous y engager, regardons une dernière fois la Tour poudrière. A droite, on voit ce petit pont qui la relie au Palais Municipal. Bizarre non, pour deux édifices de périodes si différentes ?. En fait, il était bien stipulé dans le cahier des charges remis aux architectes de la maison municipale que la tour poudrière devait être reliée à la Maison Municipale. Et c’était une façon d’insister sur la continuité historique à laquelle étaient si attachés les patriotes tchèques.
Alors maintenant, engageons-nous sur Na Prikope qui signifie en tchèque « sur le fossé ». Cette voie constitue la limite entre Stare Mesto Vieille-Ville et Nove Mesto -la Nouvelle, elle est en partie piétonnière.

En chemin, parlons de cette avenue et de son histoire. Et bien, aux 18es et 19 siècles, on s’est rendu compte qu’aucun des remparts traditionnels qui entouraient les villes ne pouvait résister à la puissance croissante de l’artillerie. Du coup, comme ils ne servaient plus à rien, on les rasa. Et ce mouvement eut lieu dans toute l’Europe, ce qui a donné naissance à de grandes avenues construites à leur emplacement : le Ring à Vienne, les grands Boulevards à Paris, et Na Prikope à Prague. Et puis, souvenez-vous, à partir du milieu du 19e siècle, la population européenne grandit, la révolution industrielle accélère l’exode rural. Prague ne fut pas épargnée et pour cause, la Bohême était une région riche et industrialisée. Cela engendra la création des premiers quartiers ouvriers. On dénonçait alors les méfaits d’une ville où s’entassaient au centre ou à la périphérie des populations paupérisées, le spectre le l’épidémie, le cholera en particulier- était toujours vivace : il fallait donc assainir. A Prague, on commença par le quartier de Josefov, l’ancien quartier juif, qui fut en parti rasé à la toute fin du 19e siècle pour laisser place à des immeubles de rapport souvent luxueux. A peu près au même moment la Place Venceslas connut le même sort pour devenir cette place moderne que nous verrons tout à l’heure. Les remparts furent sacrifiés à leur tour -il fallait de l’air, de la lumière-, laissant place à une large rue appelée à devenir l’une des promenades les plus recherchées de Prague. A l’époque, on l’appelait le Graben -le fossé en allemand- car c’était le lieu de promenade privilégié de la bourgeoisie allemande. Chaque dimanche, le “Graben” était un territoire de la Vieille Autriche. Les tchèques eux se promenaient sur la rue Nationale. Mais la rue Na Prikope constituait aussi la vitrine de la réussite économique de la bourgeoisie allemande et tchèque, celle de la haute finance en particulier.
Pour preuve, on compte une bonne dizaine de sièges de banque sur cette seule avenue. Le premier édifice que nous allons voir est aussi une banque. Il se trouve à une centaine de mètres plus loin. Il s’agit de l’Ancienne Banque d’Investissement, située au N°20, sur le trottoir de gauche. Continuons donc à descendre la rue en restant sur le trottoir de droite et nous nous arrêterons en face de ce Numéro 20.


<< 6 - Le rez-de-chaussée ...         8 - L’Ancienne Banque d’... >>

Sommaire complet du dossier :