L’Ancienne Banque d’Investissement

Quelle note donneriez-vous à Prague ?

Nove mesto : de la maison municipale a la place venceslas

L’Ancienne Banque d’Investissement

Nous voilà maintenant au niveau du numéro 20 mais sur le trottoir de droite lorsqu’on vient de la tour poudrière. L’Ancienne Banque d’Investissement, ex Zemska Banca, se trouve juste en face.
Elle est en fait composée de deux parties, un bâtiment principal et une annexe. Les deux édifices sont reliés par un pont couvert qui enjambe la rue Nekazanka. Ils ne datent pas de la même époque, mais sont l’œuvre d’un même architecte Osvald Polivska, l’un des maîtres d’œuvres de la Maison Municipale.
Intéressons-nous d’abord à la façade du bâtiment le plus imposant des deux, celui de gauche.
Décomposons-la et essayons de voir ce qu’est son style. Tout d’abord, la façade est très différente dans son traitement de celle de la Maison Municipale que nous venons de voir. Regardez, elle est clairement plate, régulière, et organisée en 4 registres bien distincts. Voyons le premier, c’est-à-dire le rez-de-chaussée. C’est une sorte de socle élevé rythmé par 4 grandes baies couronnées de fenêtres un peu plus petites. Ces dernières correspondent à une mezzanine commerciale. Au centre, le portail d’entrée est protégé par un large balcon qui permet de passer à la partie centrale de la façade. Cette dernière est rythmée par 2 rangées de larges fenêtres à meneaux, c'est-à-dire munies de traverses de pierres- et richement décorées. Regardez en particulier les blasons en faïences qui éclaircissent une façade résolument sombre. La façade est ensuite couronnée par un encorbellement très saillant. Il est partagé en 9 lunettes en demi-cercle joliment décorées de mosaïques consacrées à des thèmes pastoraux et courtois. Regardez en particulier, la lunette centrale dans laquelle trône, royal et supérieur, le lion de Bohême. Le dernier niveau –quant à lui- est constitué d’une sorte de galerie très lumineuse, rythmée par une l’alternance de pilastres et de fenêtres entre lesquelles viennent se glisser de petits panneaux de mosaïques conférant à l’ensemble une grande élégance. Au final, on peut dire que, sans cette galerie blanche, la façade apparaîtrait sans doute beaucoup plus lourde et terne. Alors que là, un rythme est donné et les décorations sont agréables.Maintenant que peut-on dire de son style ? Assurément, elle n’a rien à voir avec l’art nouveau, qui regarde vers l’avenir en se plongeant -c’est vrai- dans le passé. Ici, elle regarde même plutôt vers le passé uniquement, vers la Renaissance, une Renaissance tchèque bien entendu. Et en cela, elle se rattache à ce que l’on appelle « l’éclectisme ». Alors, c’est quoi ? si l’on se réfère à une définition littéraire, l’éclectisme, c’est l’attitude de ceux qui adoptent des idées puisées ici et là, mais dans des doctrines différentes. Au milieu du 19e siècle, les architectes cherchent. Ils cherchent le style moderne, ils ne le trouvent pas forcément dans des projections futuristes, non, ils le trouvent dans le remploi des styles anciens. La démarche peut étonner, mais après tout Rome s’est bien inspiré de la Grèce et la Renaissance de l’Antiquité ? Et personne ne leur en fait le reproche ? On ne leur reproche pas, car dans tous les cas il n e s’agissait pas d’une imitation servile, de copie pure et simple du passé ! C’est presque la même chose avec l’éclectisme. Car moins qu’une attirance pour la copie, c’est le goût de la citation et de l’évocation qui guide avant tout l’architecte éclectique. Le besoin de faire des associations affectives qui parlent à ses contemporains voila l’enjeu d’un édifice.
A ce titre la Banque Zemska est exemplaire. Et la référence, ici, c’est bien la Renaissance. Mais la Renaissance tardive, celle du milieu du 16e siècle, présent à Prague et reconnu comme typiquement tchèque ! Par exemple, voyons les grandes fenêtres à meneaux de la façade : ce sont des citations de celles du palais de Hradçany. Mieux, l’encorbellement évoque celui du palais Schwarzenberg sur la Place du Château. Rien n’est gratuit, pas même ces statues allégoriques placées dans des niches le long du rez-de-chaussée : de gauche à droite, la Science, l’Agriculture, l’Artisanat, les Lettres, la permanence tchèque en quelque sorte…


<< 7 - La rue Na Prikope...         9 - La Banque Zemska... >>

Sommaire complet du dossier :