La rue Panska et le palais Sylva Tarouca

Nove mesto : de la maison municipale a la place venceslas

La rue Panska et le palais Sylva Tarouca

Nous sommes maintenant sur le trottoir de gauche. Continuons à descendre la rue Na Prikope  jusqu’à la rue Panska, ce sera la première sur votre gauche.

Vous êtes à l’angle de la rue Panska et de Na Prikope juste devant l’Eglise de la Sainte-Croix. C’est une église très austère de style empire réalisée autour de 1820.
Il est possible de prendre cette rue Panska et la remonter sur environ 200 mètres pour rejoindre le Musée Alfons Mucha. C’est un petit musée, mais il donne une idée de l’art de Mucha. On peut y voir des affiches, surtout de Sarah Bernhardt, dont il fut l’artiste attitré, des croquis, esquisses, quelques peintures à l’huile et en prime une peinture de Paul Gauguin en caleçon jouant de l’harmonium !

Traversons maintenant la rue Panska et continuons à marcher une cinquantaine de mètres jusqu’au palais Sylva Tarouca qui se trouve au N°10, toujours sur le trottoir de gauche. C’est le seul palais baroque de ce quartier. C’est l’un des palais les plus élégants de la ville bien qu’il semble quelque peu perdu au milieu d’un tel décor. Seul le Théâtre des Etats semble lui faire de l’œil. Retournez vous, on en voit juste un petit fragment de ce théâtre du Tyl, tout au fond de la rue Havirska, située juste dans l’axe de du palais.
Le palais fut réalisé au 18e par Anselmo Lurago sur un projet de Kilian Dienzenhofer. Le palais est composé d’une succession de cours, trois en tout, reliée entre elles par des passages couverts. La façade principale a un goût de déjà vu. Peut-être, vous rappelle-t-elle le palais Goltz-Kinski, vous savez le grand palais qui déborde sur la place de la Vieille-Ville ? C’est normal, ce sont les mêmes architectes. Cependant, ce palais-ci est moins ambitieux, moins élevé aussi. Il est par contre très allongé, sans doute parce que l’espace était encore relativement vide lors de sa construction.
Le décor reste évidemment très baroque. Regardez : il y a de la décoration avec ces moulures et ces statues réalisées par le fameux Platzer. Et puis, la façade a comme un rythme, un mouvement grâce à cette succession de pilastres. Tout cela, c’est la signature du baroque.
Au 19e siècle, c’était dans ce Casino que se retrouvaient les associations Allemandes. Et c’est aussi pour répondre à ce haut-lieu de la culture allemande pragoise que la Maison Municipale purement tchèque- fut construite.


<< 10 - L’intérieur de la ba...         12 - L’édifice n°7... >>

Sommaire complet du dossier :