L’hôtel Europa

Nove mesto : de la maison municipale a la place venceslas

L’hôtel Europa

Continuons à descendre vers le fond de la place. Traversons la rue Vodickova, qui sera la prochaine sur notre droite, et arrêtons-nous juste une minute devant l’immeuble d’angle, au N°34.

Nous sommes au N°34, où se trouve, juste à l’angle, la Maison Wiehl, une ancienne maison d’édition. C’est sans doute l’une des plus connue de la Place. Elle date de 1896. Elle est de style néo-renaissance et ses murs sont recouverts de peintures évoquant les moments forts de l’histoire de la Bohême.

Traversons maintenant le boulevard pour rejoindre le trottoir d’en face. Arrivé sur le trottoir d’en face, descendons encore la place sur une vingtaine de mètres pour rejoindre la façade de l’Hôtel le plus connu de Prague : l’Hôtel EUROPA, au N°25-27. Vous ne pouvez pas le manquer : il y a « Grand Hôtel Europa » d’indiqué sur le tympan en haut.

Nous voici maintenant devant l’Hôtel Europa, l’un des édifices les plus prestigieux de la Sécession pragoise. La première remarque en découvrant sa façade c’est qu’elle n’est pas composée d’un seul bâtiment mais de deux bien distincts. Ce sont en fait deux hôtels conçus entre 1903 et 1905. Le premier, le plus à gauche, est aussi le plus grand. Cet ancien hôtel a été rebaptisé depuis Hôtel Europa. Il a été réalisé par Bedrich Bendelmayer. Le second bâtiment, à droite du premier, est beaucoup plus étroit : c’est l’Hôtel Meran, une œuvre d’Aloïs Dryak.
Commençons par regarder l’Hôtel Europa. La façade est complexe, car irrégulière. Toutefois, fixez sa partie centrale. Comme pour beaucoup d’édifices de cette période, nous voyons que la façade est dominée par un élégant bow-window en bois. Il conduit naturellement notre regard vers le haut. N’oublions pas que les architectes se posent beaucoup la question de comment un regard réagit à tel ou tel élément ou structure : est ce qu’il –le regard- va descendre, monter, chercher à fuir, est-ce qu’il agrandit son champ visuel, ou au contraire le rétrécit, etc.. Et bien ici, sans nul doute, placé comme nous sommes, en regardant de bas en haut, notre regard accroche très vite le bow window –ou vice versa : le bow window accroche notre regard-. Puis, il –notre regard toujours- a le réflexe de monter. Si le mur avait été totalement lisse : peut-être aurait-il fui ? Et il monte vers où ? Et bien, vers le haut bien sûr, c’est à dire vers le pignon, où se déploie une belle mosaïque couronnée par trois nymphes très plastiques.
Contrairement à la Maison Peterka, l’Hôtel Europa apprécie les jolis éléments, et les ornements. Par exemple, regardez, tout en haut, le long du tympan ces étranges -et même un peu effrayantes- tiges fleuries qui enlacent langoureusement la bordure.
Passez ensuite aux parties latérales. Là, tout se complique, car elles ne se répondent pas: la symétrie est absente. Regardez !! mieux !, vous pouvez constater que la façade latérale gauche n’a rien à voir avec celle qui se trouve sur la droite. Elle est d’ailleurs bien plus large et en retrait par rapport à la façade principale. Cette différence a pour effet de déplacer l’équilibre des masses vers la droite au point d’intégrer presque naturellement la petite façade de l’Hôtel Meran à notre perception.Une petite façade qui compte parmi les plus belles de Prague. Regardons en particulier le décor dansant qui couronne la partie haute de la façade. C’est une fête dans laquelle guirlandes de stucs, ferronneries délicates et une très belle mosaïque de faïences colorées forment un des décors les plus délicats qui soit.


<< 16 - L’œuvre de Jan Koter...         18 - Le musée national... >>

Sommaire complet du dossier :