Les « ambons » de Donatello

Palais medicis et eglise san lorenzo

Les « ambons » de Donatello

Laissons maintenant l’architecture pour nous intéresser à présent à la sculpture. Rendez-vous sous les 2 dernières arcades. Vous ne pouvez pas les manquer : c’est de part et d’autre de la nef centrale : là où voyez 2 tribunes portées par des colonnes. On les appelle des « ambons ». Nous découvrirons ces 2 chefs-d'œuvre de la sculpture italienne, que l’on doit à Donatello, ce génial sculpteur de la renaissance florentine. Pour écouter la présentation de ces œuvres et de son auteur, faites le tour de celles-ci afin de mieux les apprécier puis retrouvons-nous devant.

Lorsque 2 tribunes sont ainsi placées symétriquement, on les appelle des Ambons. Nous vous disons cela, car c’est sous ce nom qu’elles sont connues. Les « ambons de Donatello » sont maintenant passés à la postérité. Maintenant, disons quelques mots sur leur origine ainsi que sur Donatello. Ces tribunes sont destinées à la lecture de l’évangile et de l’épître, et aussi à la prédication. Du haut de ces tribunes, le moine Savonarole a prononcé quelques-unes de ses plus sévères diatribes, ne craignant nullement de s’attaquer aux Médicis, les bienfaiteurs de l’église. Mais tournons nous vers les ambons. Ils sont portés par d’élégantes colonnes de marbre. Regardez leurs chapiteaux : de quel style sont-ils ? Vous voyez sur le chapiteau ? Il y a une espèce de grande feuille unique enroulée : c’est donc le style ionique. Mais le plus important est ailleurs, sur les cotés. Sur chacun des 4 côtés, les ambons sont fermés par 11 panneaux de bronze, qui représentent les scènes de la Passion. Donatello les a réalisés durant ses années de sa vieillesse entre 1460 et 66, dates de sa mort. Ces reliefs n’ont été montés qu’après sa mort, alors réunis en 2 ambons, à l’occasion de la venue du pape Léon 10, un pape Médicis, fils de Laurent le magnifique. On a avancé qu’ils étaient destinés à 3 projets connexes : une chaire, un autel et le tombeau de Cosme, ce qui expliquerait leur différence de taille. Les scènes de l’ambon de gauche représentent les scènes de la mort et la résurrection du Christ. L’ambon de droite ne montre qu’un seul thème, divisée par les portes symboliques, la descente aux enfers, la résurrection et l’ascension. On peut y voir également le martyr de san Lorenzo, qui nous regardons dans un instant, et à qui l’église est dédiée.

Parlons de Donatello à présent : le plus grand sculpteur de son siècle. Donatello a aimé travailler différents matériaux. Il est l’auteur de nombreuses sculptures, de bois, de bronze, de marbre, que l’on peut admirer à plusieurs endroits à Florence. Au musée du Bargello tout d’abord qui est le musée de la sculpture florentine . Au musée de l’œuvre ensuite qui est ce musée de la cathédrale et, enfin, dans plusieurs endroits des rues de la cité. Il s’est également exprimé dans des matériaux plus malléables, comme le stuc et la terre. Nous verrons cela tout à l’heure dans la vieille sacristie. Sa carrière s’est étendue pendant près de 60 ans, jusqu’à sa mort en 1466, et elle fut jalonnée de commandes et réalisations prestigieuses. Une œuvre riche, qu’on découpe en 3 périodes à travers lesquelles on peut suivre son évolution. Et celle-ci aboutit à un art de plus en plus expressionniste et tourmenté. Ces ambons illustrent cette dernière période. En circulant autour de ces ambons, vous avez pu noter que l’œuvre démontre magistralement toute une vaste gamme d’expressions, tourmentées et tragiques


<< 12 - L’intérieur de San L...         14 - L’ambon placé à droi... >>

Sommaire complet du dossier :