A propos des papes Médicis

Palais medicis et eglise san lorenzo

A propos des papes Médicis

Durant 19 années presque consécutives, 2 papes Médicis vont régner sur la religion, la politique et les arts. Ces 2 papes sont les petits fils de Pierre le Goutteux : il y a Jean d’abord, qui deviendra Léon 10 en 1475. Et il y a Jules ensuite, qui sera le futur Clément 7 en 1478.
Léon 10 est un des fils du Magnifique, et Clément 7 est le fils naturel de son frère Julien. Laurent le Magnifique les élèvera tous les deux, ici dans ce palais de la Via Larga. Maintenant que vous connaissez mieux ce palais, vous comprenez que les 2 futurs papes ont baigné dans la culture, c’est une chose, et aussi dans l’humanisme, une pensée progressiste pour l’époque. Et les règnes de ces 2 papes seront marqués par des événements capitaux pour l’histoire de Florence et de l’Italie. Parlons-en, commençons par Léon 10. Sa carrière ecclésiastique se décida alors qu’il était très jeune, puisque son père le fit porter au cardinalat à 14 ans, tandis qu’il coiffa la tiare pontificale à 38 ans à peine. Les 8 années de son pontificat, de 1513 à 1521, furent marquées par la réforme de Luther. Eh oui, ce pape Léon 10 est aussi celui de la question des indulgences. Expliquons cela un instant, car c’est très important pour comprendre l’arrivée de la réforme protestante. Quand il arrive au pouvoir, Léon a hérité de son prédécesseur la lourde tâche d’achever la cathédrale saint Pierre. Et il se demande comment assainir les finances du Vatican après les énormes dépenses de la cour pontificale? Il imagine alors la vente des indulgences. Écoutons ce qu’en dit l’historien Francesco Cesati: « Lorsqu’un homme commet un grave péché, il peut, à condition de se repentir sincèrement, en obtenir la rémission au moyen de la confession. Le prêtre l’absout, c'est-à-dire le libère de ses fautes…maintenant le fidèle ne se trouve plus dans l’état de péché, mais il devra encore subir l’expiation, ce qui signifie passer après sa mort un temps plus ou moins long au purgatoire, afin d’accéder à la félicité du paradis. Pour le dispenser de purger cette peine, l’Eglise peut lui accorder une indulgence. C'est-à-dire une réduction partielle ou totale sur les années de purgatoire ». Donc on l’a compris, l’indulgence est une remise, totale ou partielle, selon le cas, des années qui restent à subir dans le purgatoire. Afin d’obtenir des fonds importants pour les travaux de saint pierre, le pape va donc organiser la vente des indulgences. Et cette manière de faire de la remise des péchés une affaire monétaire deviendra un des principaux points soulignés et dénoncés par Luther. Il réagira en 1517 en présentant à Wittenberg ses 95 thèses sur la valeur de l’indulgence. Le mouvement de la Réforme était en route…

Puis, en 1523, lui succède son cousin Clément 7. Il régnera 11 ans, de 1523 à 1534. Son action politique se développera surtout en politique extérieure. Et il essaye de naviguer entre les 2 grands rivaux de l’époque, à savoir François 1er et Charles Quint et son action provoquera de nombreux massacres. Le pape fait mine de se ranger du côté du vainqueur, c'est-à-dire du côté de Charles Quint. Mais en même temps, secrètement, il participe à la ligue de Cognac avec la France, l’Angleterre, Florence et Venise. Les troupes rassemblées par le souverain pontife et par la Sérénissime marchent en Lombardie contre l’armée de Charles Quint. Mais cette dernière repousse l’ennemi. Et là, l’empereur, enragé par la trahison du pape, décide d’aller le traquer à Rome : ce sera le fameux et terrible sac de Rome de 1527. Ce sac a laissé dans les mémoires un souvenir épouvantable. La mort et le pillage ont duré plusieurs mois. Ils ne cesseront que parce la peste fait des ravages également dans les armées espagnoles. A cette nouvelle, Florence préfère se rallier à Charles Quint et chasse les Médicis. La cité du lys a reconquis sa liberté et la République est de nouveau proclamée. Mais le pape n’est pas à un revirement prêt et il signe un accord secret avec Charles Quint. Il acceptera de reconnaître sa suprématie en Italie, de le couronner s’il l’aide à rétablir les Médicis à Florence. Les armées impériales montent alors vers Florence qui s’enferme derrière ses murailles, se préparant à un long siège. Michel Ange, enfant du pays, s’est chargé des fortifications. Le siège commence en 1529 et durera 11 mois, durant lesquels les Impériaux vont conquérir une à une les cités de Toscane. Et enfin, en 1530, une fois sa ville Florence récupérée, le pape Clément 7 couronnera Charles Quint comme empereur à Bologne. Puis il installera alors son fils Alexandre (et oui le fils d’un pape !!) sur le trône de Florence. Ce tyran sera le 1er duc de Toscane. Et le plus cocasse est que Clément 7, sur la fin de son pontificat, se rapprochera de nouveau de François 1er. Voilà ce que nous souhaitions dire sur ces 2 papes Médicis : l’un qui ne réussit pas à empêcher la réforme, l’autre qui provoqua le sac de Rome. Un beau bilan. !


<< 22 - Présentation de la b...         24 - La bibliothèque de M... >>

Sommaire complet du dossier :