La salle n° 16

Paris : le musee de cluny

La salle n° 16

Maintenant, rendez-vous par le petit couloir directement à la salle 16

Près de mille ans de l'histoire de l'orfèvrerie sont évoqués ici. Face à l'entrée, trois vitrines accolées présentent les œuvres les plus exceptionnelles. A gauche, trois couronnes royales et différents éléments de suspension ont été exhumés en 1859 près de Tolède. Ils avaient très certainement été cachés lors de l'invasion du royaume des Wisigoths d'Espagne par les armées arabo-musulmanes en 711. En fait, il s'agirait d'ex-voto. Les ex-voto sont des objets offerts en remerciement à Dieu pour avoir exaucé une prière ou réalisé un vœu comme, par exemple, la guérison d'un malade. De tels objets, dans lesquels des pierres précieuses sont enchâssées dans une armature d'or, se retrouvent également à Byzance. Ce qui apporte la preuve des liens étroits unissant les différents souverains du bassin méditerranéen. Juste à côté, la Rose d'or, quant à elle, date du 14e siècle. Elle témoigne d'une vieille tradition pontificale. Tous les ans, à l'occasion du quatrième dimanche de Carême, le pape avait l'habitude d'offrir une telle rose au dignitaire qu'il voulait honorer pour des raisons politiques ou religieuses. Le blason apposé sur cet exemplaire appartient à Rodolphe III de Nidau, un des plus fidèles alliés du pape dans sa lutte contre l'empereur Louis de Bavière. Grâce aux archives ecclésiastiques, on a pu identifier l'orfèvre chargé de cette commande. Il s’agit de Minucchio de Sienne, un de ces nombreux artistes siennois appelés à la cour pontificale d'Avignon. Avant de quitter cette salle, donnez un coup d'œil rapide aux nombreux reliquaires présentés dans les vitrines latérales. Ils appartiennent à deux catégories : l’une, ce sont les chasses. Elles ont la forme d'un tombeau en réduction aux parois revêtues de décors émaillés, le plus souvent en verre. L’autre, ce sont les « monstrances » qui, elles, en revanche, laissent entrevoir et donc montrent, d'où leur nom, la relique vénérée. Certaines villes se sont d’ailleurs spécialisées dans la production de tels objets émaillés comme Limoges, notamment, qui a bénéficié pendant toute la période gothique d'une réputation internationale.


<< 14 - La salle n°14 ...         16 - La salle n°20, l’anc... >>

Sommaire complet du dossier :