La Maison des Fontaines

Perspective nevski - 2eme partie, du gostini dvor a la fontanka en passant par la place ostrovski et la rue rossi

La Maison des Fontaines

Maintenant traversez le pont et donc la Perspective, pour retrouver le bord de la Fontanka.

Nous allons maintenant avancer le long de la Fontanka pour nous retrouver au n°34, devant la Maison des fontaines, complexe palatial qui se trouvera sur la droite et qui est repérable par la grille qui longe le jardin derrière lequel se trouve le palais de couleur jaune et récemment restauré.

Vous êtes face au 34, quai de la Fontanka, devant la Maison des fontaines nom donné au palais par leurs propriétaires, les Chérémétiev, à cause de son emplacement près de la Fontanka (Fontanka veut dire "Fontaine"). Ce palais qui s'impose à la vue par sa taille et son élégance occupe un espace qui a longtemps appartenu à la famille comtale des Chérémétiev.

Ce palais se compose d'un bâtiment principal dont nous apercevons la large façade, et de 2 pavillons carrés reliés chacun à une des extrémités du bâtiment principal et qui sont en retrait par rapport à la rue et donc peu visibles. Contentons-nous donc d'observer la partie principale : large façade à 2 niveaux, rythmée régulièrement par une succession de fenêtres rectangulaires identiques. Cette régularité fait donc plutôt penser à la sobriété du style classique. Et maintenant, concentrons-nous sur les différents éléments architecturaux et décoratifs de l'axe central. Et pour commencer, regardons au niveau du toit : Vous voyez tout de suite qu'une mezzanine surmonte la partie centrale de l'édifice sur une largeur de 5 fenêtres. Cette mezzanine est percée de 5 fenêtres carrées et séparées par des pilastres décorés en stuc. Mezzanine et pilastres : ça, ce sont des éléments classiques. Mais les décorations en stuc, c’est baroque. Alors : Classique ou baroque ? Attendons encore un peu..regardons les autres parties du bâtiment :
Maintenant, faites glisser votre regard vers le bas jusqu'au niveau principal : vous remarquez que les 5 fenêtres qui se trouvent sous la mezzanine sont elles aussi encadrées de pilastres. Donc, encore du classique. Maintenant regardez les 2 extrémités du bâtiment, à gauche tout au bout et à droite tout au bout: vous constatez d'abord qu’elles sont identiques et qu’elles accentuent l'effet de symétrie. Or la symétrie, c’est encore une notion chère au classique. Ensuite, notez qu'on retrouve le même ensemble décoratif qu'au niveau axial de la façade, mais en plus simple : la mezzanine a disparu. Le fronton arqué que nous avons vu au centre est remplacé sur les 2 côtés par un fronton triangulaire plus simple. Et en plus, amusez-vous à compter les fenêtres au dessus de ces frontons : il y a 3 fenêtres et non plus 5. Alors, pourquoi cela ?: et bien, ce principe décoratif a pour but d’attirer le regard vers le centre de la façade, vers sa partie la plus noble, et ce n'est pas un hasard si les armoiries de la famille sont placées à cet endroit. Donc une grosse dominante classique nous direz vous. Cela dit, le bâtiment n’est pas ennuyeux à regarder : cela tient certainement au décor en stuc qui surmonte chacune des fenêtres du niveau principal sur toute la largeur de l'édifice : ce décor est chapeauté de 3 façons différentes : les 5 fenêtres centrales sont surmontées d'un fronton triangulaire, les 3 fenêtres à chacune des extrémités sont elles surmontées d'un fronton arqué, et les fenêtres qui restent sont, elles, surmontées d'un décor en forme de chapeau de cardinal. Cette variation a pour but d'animer la façade en évitant la monotonie. En résumé que pouvons-nous dire de cette mise en scène. Car c’en est bien une. Et bien, tous les regards sont attirés vers le centre puis du centre vers le haut où se trouvent les armoiries de la famille. Pour ce faire, les architectes utilisent à la fois des principes de l’architecture classique (symétrie, régularité, emprunt à l’antiquité gréco-romaine) et des techniques décoratives baroques. Le classique donne la majesté et fait aller les regards vers le centre. Le baroque évite l’ennui des longues façades classiques et fait ensuite le regard aller du bas vers le haut.
Bref, encore une fois, c’est un bel exemple de baroque russe, très retenu au niveau des décors.
D'autre part, mentionnons un élément intéressant : les Cheremetiev étaient de tels mécènes et étaient tellement portés sur l’art que le palais fut associé à cet univers. Ainsi, après la révolution le palais devint le siège d'organisations diverses et continue à recevoir des artistes : Maïakovski, Tatline, Lebedev, et enfin la grande poétesse Anna Akhmatova qui y fut accueillie et y habita jusqu’à sa mort en 1960. Son mari avait été arrêté et tué sur ordre de Staline, son fils emprisonné, car il portait le même nom que son père. Et voici un exemple de la poésie d’Anna Akhmatova. Pas très drôle vous en conviendrez mais profond:
Pas question d'en revenir,
Dans la neige tu resteras
Vingt et huit par baïonnette,
Et cinq plaies par armes à feu.
Il est triste l'habit de fête,
Que je couds pour mon ami ;
C'est le sang, le sang qu'elle aime,
La terre de ma chère Russie.


<< 18 - Le pont Anichtkov...         20 - La Perspective Nevsk... >>

Sommaire complet du dossier :