L’œuvre de l’artiste américain Jeff Koons

Potsdamer platz

L’œuvre de l’artiste américain Jeff Koons

Ressortons dans la rue Eichhornstrasse. Retournons sur nos pas jusqu’au numéro 5, c'est-à-dire à l’angle de la rue par où nous sommes arrivés.

Nous avons devant nous une vaste esplanade avec un bâtiment précédé de fontaines. Il porte, inscrit en rouge, le nom de «Spielbank Berlin et à côté de lui se tient une sculpture en forme de ballons bleus gigantesques. Traversons la rue et rendons-nous devant ce Spielbank Berlin.

Nous sommes maintenant au centre de la place Marlène Dietrich qui rend hommage à la plus célèbre actrice berlinoise qui lutta contre les nazis. Tournons-nous vers l’ensemble de la Spielbank. Nous voyons, à droite, la façade de verre de la Spielbank et, dans sa continuité, sur sa gauche, un bâtiment similaire portant sur sa façade de verre le nom de Theater am Potsdamer Platz. Les 2 bâtiments n’en forment en réalité qu’un. Et ils sont réunis par un gigantesque toit métallique en avancé, constituant comme un auvent soutenu par deux colonnes sur la place. Il s’agit d’un complexe de loisir réunissant le plus grand casino d’Allemagne et un immense théâtre réservé à la Comédie musicale. Ici furent représentées les versions allemandes de Hair, Cats et des Misérables.
Mais surtout, cette salle est utilisée depuis 2000 pour la remise des prix du fameux festival international de cinéma de Berlin, la Berlinale, qui attribue en février le fameux ours d’or.
Plaçons-nous devant la sculpture en forme de ballons gonflables de couleur bleu sur la droite.

Drôle de sculpture n’est-ce pas ? Nous voyons plusieurs ballons reliés entre eux comme une fleur et cette description correspond au titre de l’œuvre : Ballon flower, « la fleur ballon ». Elle est signée de l’artiste américain Jeff Koons. Il s’agit d’une sculpture en acier chromé recouvert de laque. Mais qui est donc ce Jeff Koons ? Il appartient à une génération d’artistes qui explosa dans les années 1980 et qui s’inspire du pop art. C'est-à-dire qu’il transforme des objets de la vie quotidienne en œuvre d’art, souvent en les réalisant de manière gigantesque, obligeant ainsi le spectateur à les redécouvrir sous un autre angle. Une de ses sculptures les plus célèbres est une énorme œuvre de Porcelaine représentant Michael Jackson : bref très kitsch. Jeff Koons est à l’origine un coursier en bourse qui utilisa l’argent de son métier pour réaliser ses œuvres d’art. Son premier triomphe international eut lieu en 1980 avec sa création « The New ». Il s’agit d’un aspirateur flambant neuf installé dans une vitrine aseptisée de verre et éclairée par des néons.
Mais Jeff Koons n’est pas à un scandale prés. Il épouse en 1991 la Cicciolina, une actrice italienne tournant dans des films pornographiques. Poussé par sa passion pour le sexe, il réalise avec sa femme une série de photographies gigantesques les représentant dans divers actes sexuels et n’épargnant aucun détail. En réaliste, Koons frôle le tabou non pour choquer le contemplateur, mais pour dévoiler la beauté à travers la provocation. Il mélange le kitsch des sujets, la modernité des objets et des matériaux et le sexe pour répondre au goût des nouveaux riches, les Yuppies. Il va en fait au-delà du pop art et va au-delà des objets du quotidien. Par ces œuvres, il interpelle sur la consommation à outrance des milieux aisés et développe une philosophie à ce sujet.


<< 11 - Le Meta-Maxi, une œu...         13 - Le panorama de la pl... >>

Sommaire complet du dossier :