L’impressionnant complexe Sony

Potsdamer platz

L’impressionnant complexe Sony

Derrière la cinémathèque se déploie l’impressionnant complexe Sony, que nous vous proposons de découvrir maintenant. Il représente certainement le sommet de l’architecture contemporaine à Berlin.
Pour ce faire, passons devant le café Billy Wilder et tournons à l’angle de ce dernier. Nous passons ainsi entre 2 immeubles de verre sous le sigle Sony Center. Nous nous retrouvons sous la verrière en forme de tente du centre Sony devant la fontaine centrale.

Quel choc ! Cet espace circulaire en verre est couvert par un dôme en forme de toile de tente. Cette toiture originale, qui couvre la place, semble tout simplement planer avec son armature d’acier et ses toiles tendues entre les plaques de verre. Voyons ensemble comment cela fonctionne.
Le dôme n’est pas au centre de l’espace, mais est légèrement penché pour intensifier l’effet d’apesanteur. Nous avons le sentiment qu’il va s’envoler d’un instant à l’autre.
Les parois de verre reflètent la tente avec un effet presque poétique. En plus, ce toit alterne parties transparentes et diaphanes et la lumière, tamisée en permanence, renforce cet aspect poétique. Mais quel architecte peut bien avoir conçu une réalisation si spectaculaire ?
Il s’agit de l’architecte américano-allemand Helmut Jahn, l’un des bâtisseurs les plus talentueux des USA. Né à Nuremberg en 1940, il fit ses études à l’université technique de Munich. En 1967, il partit pour Chicago où il devint l’un des maîtres de la construction d’acier et verre dont la technique innovatrice atteint parfois, comme ici, les limites du possible. Comme nous le constatons ici, Helmut Jahn rejette tout ce qui est superficiel dans la construction : donc pas de décorations inutiles, pas de balcons inutilisables. Ses matériaux sont presque uniquement le verre et l’acier. Il refuse la pierre et le béton qu’il trouve « trop lourd, trop cher et immobile ». Il jette rapidement ses projets sur des blocs de dessins dans le taxi ou en avion, puis les transmet à ses architectes chargés de réaliser les maquettes et les plans. Il travaille un peu comme un grand créateur de mode. Il donne l’idée géniale et une armée de collaborateurs crée le chef-d'œuvre. Un critique américain dit de lui « Il s’assoie et construit un gratte-ciel en 10 minutes».
A la différence des constructions que nous avons observées sur la Potsdamer platz, nous n’avons pas à faire ici à un ensemble disparate réalisé par plusieurs architectes, mais au contraire à une harmonie de verre et acier signé par un seul maître : Jahn. Sept bâtiments de verre se groupent autour d’une place-atrium ovale et recouverte de cette verrière de 4000 m2 . Sachez qu’ont été employées 600 tonnes d’acier et 150 tonnes de câbles pour soutenir l’ensemble. Jahn dit lui-même qu’il va chercher ses idées dans l’architecture de la fin du 19e siècle, lorsque l’acier et le verre firent leur apparition dans les constructions. Et, d’ailleurs, il adore montrer la structure d’acier à l’extérieur tout en la recouvrant d’une enveloppe de verre. Ce qui créé des espaces intérieurs qui semblent sans poids, qui semblent en apesanteur. Ces espaces sont ensuite baignés dans des lumières qui semblent mettre l’ensemble hors du temps.
Selon Jahn, « cet ensemble est un forum culturel pour le prochain millénaire où se mélangent les bureaux, les habitations et les loisirs.  Toute sorte de manifestations pourront se tenir sous l’ombrelle sans que les gens aient l’impression d’être dans un espace clos, mais tout en les protégeant».


<< 15 - La cinémathèque de B...         17 - La salle de l’empere... >>

Sommaire complet du dossier :