La salle de l’empereur

Potsdamer platz

La salle de l’empereur

Mais le lieu cache encore une surprise. Il cache un joyau de la fin du 19e siècle : la salle de l’empereur. Pour la découvrir, allons jusqu’au pied de la gigantesque tour courbée de la DB. Et pour y parvenir, longeons, sur la droite, le Filmhaus et marchons directement pendant 50 mètres jusqu’à la tour.

Tournons le dos à la tour et voyons sur notre gauche une cheminée et un mur recouvert d’ornements dorés. Ils sont protégés par de grandes baies vitrées, un peu comme dans une vitrine. Ce sont les restes de la salle de l’empereur. Que peut donc bien faire ici ce décor rococo ? Nous voyons, derrière un mur de verre, des balcons dorés, des lambris de stuc ornés de coquilles et une cheminée de style Louis 15. Alors bien sûr, c’est étrange de voir une cheminée avec un miroir faisant face à la rue ? Normalement nous ne devrions pas la voir, elle devrait être tournée vers l’intérieur du bâtiment ! Ce bijou unit à la fois le passé historique et la maîtrise technologique. Il est le seul vestige d’un ensemble de 12 grands hôtels internationaux qui s’élevaient sur la place en 1883. Pour être plus exact, il s’agit des restes de la salle à magner de l’hôtel Esplanade. Lors de l’attaque aérienne du 3 février 1945, menée par 937 bombardiers alliés, la Potsdamer Platz et, avec elle, l’hôtel Esplanade furent réduits en cendre. Du luxueux palace, il ne restait qu’une partie de la salle à manger appelée Kaisersaal (salle de l’empereur) que le No man’s land, étrangement, épargna. Alors devant tant de ténacité à survivre, et –encore une fois- pour conserver un vestige d’un passé prestigieux, on décida de la garder. Pour ce faire, la salle fut empaquetée, surélevée, mise sur rails et transportée centimètre par centimètre à quelque 75 m plus loin. Ce travail engloutit la somme de 25 millions d’Euros. C’est élevé, mais ils seront oubliés dans quelques années, alors que l’histoire de ce lieu continuera de perdurer et de faire rêver.

Et désormais, cette salle resplendit de mille feux pendant la Berlinale et sert encore aujourd’hui de salle à manger au moment de cette manifestation.


<< 16 - L’impressionnant com...         18 - Le siège de l’orches... >>

Sommaire complet du dossier :