La place des Servites

Promenade a pest du marche central a la place vörösmarty

La place des Servites

Eh bien, nous allons maintenant quitter Vaci utca, en prenant la 1ere rue à droite Kristof ter. Allons jusqu’au bout de Kristof ter jusqu’à une petite place, qui sera Szervita ter.

Vous y êtes ? Bien. Nous voici donc sur Szervita ter, c’est-à-dire la place des Servites. C’est le nom de l’ordre religieux qui a fait construire l’église que nous voyons maintenant au fond de la place. Ce n’est pas d’elle dont nous parlerons, mais d’un immeuble situé du côté droit de la place quand on arrive de Kristof ter : il est au n°3. Plaçons-nous en face, avec du recul pour voir surtout le dernier étage.

Il s’agit donc de l’immeuble de l’ancienne banque Török, autrement dit de la banque ottomane, construit en 1906 : un classique du style Art-Nouveau à Budapest.

Rappelons en 2 mots que ce style, dont nous avons eu un petit aperçu au magasin Philanthia, se caractérise par la rupture avec les styles historiques, et par la libre invention de formes et de décors nouveaux s’inspirant de la nature. La ligne courbe est donc partout, les fleurs, les branches et les animaux envahissent le décor. Adieu les colonnes, les pilastres et les frontons triangulaires !Alors, ce que nous voyons correspond en partie à cela : le couronnement de la façade est tout en courbes et en contre-courbes. À noter qu’il y avait à l’origine, au sommet de ce pignon, une statue du géant Atlas portant le monde sur ses épaules !Et au dessous, il reste une flamboyante mosaïque qui a pour sujet l’apothéose de la Hongrie. Hungaria assise en majesté accueille les héros de son histoire qui convergent vers elle des 2 côtés, épée ou drapeau à la main. Remarquez , sur le bas de la mosaïque,les 2 petites ouvertures, genre œil de bœuf, au contour sinueux. Et au-dessous les têtes sculptées flanquées d’une paire d’ailes !L’immeuble est intéressant aussi par l’importance qu’il donne aux parties vitrées : voyez les 3 bow-windows de la façade, aux 2e et 3e étages. Les bow-windows, » fenêtres en arc » sont une idée anglaise, qui a été reprise sur pas mal d’immeubles fin 19e et début 20e, aussi bien en France qu’en Hongrie : leur forme permet de faire entrer plus de lumière à l’intérieur que ne le permettent les fenêtres ouvertes dans l’alignement de la façade.Bien, nous allons maintenant prendre Varoshaz utca. Comment la trouver ? C’est très simple, c’est la rue qui longe le côté gauche de l’église des Servites. Varoshaz utca, (c'est-à-dire « la rue de l’Hôtel de Ville » est bordée du côté gauche par une très longue façade : celle, justement, de l’Hôtel de Ville de Budapest. Rendez-vous devant sa partie centrale.

Vaste bâtisse, non ? Il s’agissait à l’origine d’un hôpital militaire. Il a été commandé au 18e siècle par l’impératrice Marie-Thérèse, à l’architecte Martinelli ; il devait à l’origine être deux fois plus grand :et il aurait alors rivalisé avec son modèle parisien , c’est-à-dire avec les Invalides. L’impératrice a, parait-il été satisfaite du résultat : elle trouvait l’hôpital des vétérans de Pest plus beau que son palais de Vienne !

Même inachevé le bâtiment reste très imposant, il pouvait abriter environ 2000 malades. L’architecture est sobre, mais monumentale, avec ses avant-corps à pilastres aux deux extrémités, ses portails discrètement baroques , et au milieu de la façade, une tour qui est l’ancien clocher de la chapelle de l’hôpital. A noter que la partie restée inachevée n’est pas cette façade, déjà très longue, et parfaitement symétrique, c’est l’arrière du bâtiment, à l’emplacement de l’ancien rempart médiéval. Et c’est naturellement là qu’une aile neuve a pu être ajoutée en 1894, quand l’hôtel de ville de Budapest s’est vu attribuer l’édifice. L’Hôtel de Ville était le plus grand bâtiment du 18e siècle de Pest, nous sommes maintenant à nouveau devant une construction du 19e, réalisée en 3 temps, dans les années 1810, puis dans les années 183O, et enfin dans les années1840. Créé à l’époque pour le « comté «  de Pest, l’édifice incluait une prison et une chapelle.

C’est aujourd’hui le siège de l’Assemblée régionale de Pest, et c’est encore un exemple d’architecture néo-classique .Les cours valent le coup d’œil, et sont parfois accessibles par la façade arrière, sur Semmelweiss utca .Mais c’est sans garantie !


<< 22 - Le magasin de fleurs...         24 - Les remarquables imm... >>

Sommaire complet du dossier :