La Place Vörösmarty

Promenade a pest du marche central a la place vörösmarty

La Place Vörösmarty

Voici donc la fameuse place Vörösmarty, et tout au fond, un imposant palais de pierre blanche qui attire le regard, et occupe tout un côté. Il porte en lettres d’or l’enseigne Gerbeaud- Haz. (Maison Gerbeaud) S’agit-il d’un grand hôtel ? D’une banque ? D’une compagnie d’assurance ? –Rien de tout ça : c’est une pâtisserie-salon de thé. A tous points de vue un « monument » de Budapest, entendez par là, une institution. Et qui avait survécu au régime communiste. Mais avant de parler un peu plus de Gerbeaud, regardons la place : le côté gauche, autrefois occupé par un théâtre avait été détruit pendant la 2nde guerre mondiale, un immeuble moderne franchement laid avait ensuite remplacé le théâtre. On a récemment rasé cet immeuble : personne ne le regrettera, mais on attend avec impatience de voir le remplaçant.

Sur le terre-plein central de la place se trouve une statue de marbre du poète Vörösmarty, ce poète hongrois du 19e siècle, dont la place porte le nom. Vous ne la verrez pas en hiver : le marbre n’aime pas le gel, Vörösmarty est emballé jusqu’au printemps.

A noter sur ce terre-plein central 2 ou 3 autres choses : une colonne Morris couverte de vues anciennes de la place Vörösmarty, un modèle assez curieux de fontaine-lampadaire, orné de lions de pierre, et deux discrètes bouches de métro : une pour l’arrivée, l’autre pour le départ. Telle est la particularité du « petit métro », comme on l’appelle ici : la première ligne de métro de Budapest, dont la place Vörösmarty est le terminus et le point de départ. Ce métro électrique a été inauguré en 1896 –la fameuse année 1896, devançant de 4 ans le métro parisien. Ce qui fait de lui le plus ancien métro d’Europe continentale. Et le deuxième en tout après celui de Londres.Regardons maintenant, sur le côté droit le grand magasin Luxus.

Les 3 premiers niveaux, largement vitrés correspondent au grand magasin de vêtements élégants qu’était le magasin Luxus . L’immeuble Luxus date de 1911 (oui, encore 1911, comme vous l’aurez remarqué une véritable fièvre bâtisseuse s’est emparé de Pest cette année-là). L’immeuble est à la fois luxueux (façade plaquée de marbre, toit de cuivre sophistiqué), et en même temps dépouillé, déjà presque moderne. Ses architectes étaient influencés, un peu par l’architecture allemande, et beaucoup par celle de Vienne. Plus précisément par la Sécession viennoise, ce mouvement de rupture avec la tradition, contemporain de l’Art Nouveau, et qui a beaucoup de points communs avec lui, mais quand même pas mal de différences. La différence la plus visible étant une plus grande sobriété, un usage moins systématique de la ligne courbe et de l’ornementation végétale. Le style Sécession se présente souvent comme une variante dépouillée, et prémoderne de l’Art-Nouveau : ce qui correspond bien à l’immeuble Luxus.Et maintenant, revenons au Gerbeaud. Son nom est celui d’Emile Gerbeaud, un pâtissier-confiseur suisse qui s’est installé à Budapest en 1870 et a acheté son établissement en 1884.C’est à la fois une pâtisserie-confiserie, un salon de thé, et un grand café à décor historique .ce temple de la gourmandise et de la « décadence bourgeoise » était devenu une entreprise d’État sous le régime communiste ! Et il a été privatisé ensuite, bien sûr. Le décor intérieur vaut le coup d’œil, les salles et salons étant décorés, tantôt en néo-rococo, tantôt en néo Louis 16.

Eh bien, si le cœur vous en dit, et si le besoin se fait sentir, selon la saison, d’une boisson chaude, ou d’un rafraîchissement, nous vous laissons maintenant découvrir Gerbeaud, de l’intérieur. Notre promenade se termine ici.


<< 24 - Les remarquables imm...         

Sommaire complet du dossier :