La Porte Saint Jean

Promenade a san gimignano

La Porte Saint Jean

La Porte Saint-Jean se situe légèrement sur la droite lorsque nous avons le parc dans le dos.

Etes vous bien face à la Porte Saint Jean ?. Bien. Cette porte marque l’entrée principale de la cité médiévale. Alors avant d'y pénétrer, écoutons un peu l’histoire de la ville à travers ses remparts. San Gimignano est à l’origine une cité étrusque. Et les Etrusques sont un peuple qui développa une civilisation en Italie dès le 10ème siècle avant notre ère. Ils sont connus à travers leurs nécropoles, toutes ornées de peintures funéraires. Et comme partout en Toscane, les vestiges de cette période sont fort nombreux. Mais les plus visibles sont probablement les vastes trous dans la colline sur laquelle est adossée la ville et que vous avez pu apercevoir en montant jusqu’à la place du Monument aux morts. Ce sont des tombeaux étrusques.
Au 1er siècle avant Jésus-Christ, les Etrusques sont définitivement vaincus par les Romains, et la cité de San Gimignano se christianise. Rien d’original, il est vrai. Mais le nom « San Gimignano » remonterait à cette époque : il proviendrait de celui d’un évêque de Modène, ville située plus au nord. Celui-ci aurait, au 4ème siècle, libéré la cité de barbares. Mais l'émergence de la ville est avant tout du au développement de la via Francigena. Cette voie médiévale traverse l’Italie du nord au sud et passe par San Gimignano. C’est alors le début de 1000 ans de prospérité économique, … mais curieusement pas politique, car le village, relié à un château fort par un pont-levis au 10ème siècle, est sujet à des guerres avec les cités voisines et des luttes intestines qui vont forger son caractère architectural si pittoresque. San Gimignano est effectivement connue pour ses hautes tours médiévales que vous avez pu apercevoir de loin et qui signent le paysage de Toscane. Tours dont nous reparlerons à l’intérieur de la cité lors de la visite de la Place de la Citerne. San Gimignano est aussi marquée par ses remparts, quasi intacts depuis l’époque médiévale. La première muraille est élevée au 10ème siècle. Mais celle que nous voyons ici date de la fin du 12ème, siècle qui vit doubler le périmètre de l’enceinte. L'objectif étant d'enserrer les faubourgs Saint Jean et Saint Matthieu que nous découvrirons ensuite. Élevons notre regard vers ses remparts. L'enceinte est pourvue d’un chemin de ronde que nous pouvons voir courir au-dessus des remparts. Regardons de nouveau la Porte Saint Jean. Son noyau dur date du 13ème siècle. Mais le bastion qui l'encadre et qui lui donne cette allure massive est du 15ème. Regardons au sommet de la porte. Que voyons-nous, faisant saillie sur la façade ? Et bien, une petite loggia à mâchicoulis d’où on pouvait déverser de nombreuses choses sur les attaquants.


<< 2 - Promenade à san Gimi...         4 - Les places de la Cit... >>

Sommaire complet du dossier :