Les places de la Citerne et de la Collégiale

Promenade a san gimignano

Les places de la Citerne et de la Collégiale


Passons maintenant à travers la porte saint Jean et arrêtons-nous juste derrière elle.

Nous sommes à présent dans la Via San Giovanni, la rue saint Jean, qui mènent aux places de la Citerne et de la Collégiale. Commençons à y avancer jusqu’au n°37 -qui est sur la droite- en écoutant ce commentaire.
Que de touristes et de magasins de souvenirs ! Le tourisme... Une véritable économie à l’origine du renouveau de San Gimignano au 20ème siècle. Tout comme celle de la fabrication de meubles en bois et de la vinification. N’hésitez d’ailleurs pas à goûter le célèbre « Vernaccia de San Gimignano », le premier vin italien à avoir reçu l’appellation « origine contrôlée » en 1966. C’est un vin blanc sec à la couleur jaune doré, jeune et doté d’une amertume caractéristique. Mais attention, en cas d’achat, sachez qu’il ne se conserve pas plus de 3 ans. Et maintenant, regardons cette rue plus attentivement. Elle est bordée de constructions qui vont du 12ème au 14ème siècle. Maisons-tours, palais, églises, couvents, et auberges se bousculent même si ceux-ci sont relativement peu visibles car cachés par les boutiques. Au bout de cette rue, la place de la cathédrale avec la cathédrale et le palais du gouvernement de San Gimignano, puis dans le prolongement, il y aura la rue saint Matthieu jusqu'à la porte du même nom. Une longue voie donc qui traverse la cité de part en part : c’est l'axe majeur de San Gimignano, qui n'est en fait que la via Francigena des origines, cette route qui allait du port de Rome aux Alpes du nord, et même jusqu'à Canterbury, en Angleterre. Mais qu'est cette « via Francigena » dont nous parlons souvent. Maintenant, remontons dans le temps. Car cette voie est développée au 6ème siècle par les Lombards sur les vestiges des voies romaines. Et ils l’ont développée car les Byzantins –eux- contrôlent alors le bord de mer et les voies maritimes donc. Après que Charlemagne ait battu les Lombards, cette voie sera de plus en plus utilisée par l'administration carolingienne : elle prend dès lors le nom de « via francigena », la voie française. C’est donc une voie commerciale un peu, administrative beaucoup mais à partir du 9ème siècle, elle deviendra aussi une voie religieuse. Pourquoi cela ?? et bien parce que sera alors instituée l'obligation, pour tous les archevêques, de venir à Rome recevoir des mains du pape le pallium, qui est un simple vêtement de laine orné d'une croix symbolisant l'investiture. Evénement qui explique le tracé de Canterbury à Rome : un itinéraire de 1600 kilomètres ! La voie devient aussi le « chemin du ciel » des pèlerins allant à Rome. Et au cours des siècles suivants, tout en maintenant sa fonction de voie de pèlerinage, elle deviendra surtout un axe commerçant, reliant des régions riches et peuplées comme la Toscane ou les Flandres. Le tracé devient alors plus stable et plus facile à parcourir. La route devient un véritable axe de circulation bien défini. Elle se ponctue de haltes et devient ainsi le moteur du développement des cités médiévales de l'intérieur du pays. Et c'est le cas de San Gimignano qui, à partir du 10 ème siècle, est reliée à cette grande voie historique par un axe secondaire. Le village devient ville puis ville prospère puis cité-Etat. Et c'est ainsi qu'au 13ème siècle, on décompte au moins 9 auberges et une dizaine d'institutions hospitalières, dont une maison des templiers, et cela, dans le seul but d'accueillir tous ces voyageurs. San Gimignano en profite pour développer le commerce de ses produits locaux : les bêtes et les peaux, l'huile et le vin, et aussi la teinture jaune au safran dont elle est détient le secret de fabrication. La ville prospèrera ainsi jusqu'à ce qu’elle soit dominée par Florence à partir du 14ème siècle et jusqu'à ce que la via Francigena décline totalement à partir du 18ème. L'apogée de San Gimignano est donc bien l'époque médiévale, époque au cours de laquelle furent construits tous les édifices que nous découvrirons au cours de cette promenade.


<< 3 - La Porte Saint Jean...         5 - L’église st François... >>

Sommaire complet du dossier :