La Place de la Citerne

Promenade a san gimignano

La Place de la Citerne

De là, continuons notre chemin jusqu’à la Place de la Citerne. Pour y accéder, nous passerons sous l'arc en pierre que nous pouvons déjà voir un peu plus loin dans la rue. Il est le vestige de la porte de la première enceinte de la ville, construite au 10ème siècle.

Êtes-vous bien à présent, sur la Piazza Della Cisterna, La Place de La Citerne ? Bien ! Alors maintenant, allons vers la droite et gagnons le début de la rue Via del Castello à environ 100m de là. Nous aurons une belle vue sur la place.

Voilà. Nous sommes au début de la via del Castello. Retournons-nous afin d’avoir une vue d’ensemble de la place. Curieuse place d’ailleurs, à la fois lieu de passage des touristes qui ne s’y arrêtent que peu, sauf pour y manger une glace, et, espace architectural austère par les bâtiments en brique qui l’entourent.
La Place de la Citerne tient son nom du puits situé au centre de la place. Il se situe devant vous. Continuons notre tour panoramique de cette place. Et admirons en tout d’abord le Pavement. Regardons combien il est étudié : tout d’abord, les briques sont disposées en arêtes de poisson. Prenez le temps de le voir, ça y est ? Et puis aussi remarquez que les brique sont enfoncées verticalement dans le sol et seul le long côté étroit de la brique reste visible. Cette technique est omniprésente sur les places italiennes médiévales et son plus bel exemple est la place civique de Sienne située à une trentaine de kilomètres au sud. Et maintenant, regardons tout autour de nous. Les Demeures que nous voyons datent toutes de l’époque médiévale, des 13ème et 14ème siècles. Et les deux plus belles maisons sont à notre gauche. Alors ! Juste à gauche, à l’entrée de la via del Castello, au N°7, nous voyons une bâtisse à deux niveaux de fenêtres. Vous la voyez ? Oui ? Alors, approchez vous et regardez ses fenêtres: elles sont gothiques, car elles sont surmontées d’arcs pointus. Ayez en tête, même si ce n’est pas vrai à 100%- que le roman montre des arcs bien rond, on les appelle en plein cintre, ils ressemblent à un cintre. Alors que le gothique utilise des arcs pointus, on les appelle d’ailleurs souvent des ogives. D’ailleurs, premier exercice d’application de cela : regardez la maison voisine à gauche toujours, mais un peu plus haut sur la place, à la hauteur du puits. Vous la voyez ? Elle est au n°10. Approchez-vous-en et regardez-la. C’est encore une autre maison aux fenêtres doubles mais cette fois-ci, de quel style sont-elles ? Comment sont les hauts de fenêtres ?

Oui vous avez raison, ils sont arrondis donc ils sont de style roman. Cette maison est accolée à une tour tronquée située sur sa droite. Admirons en la finesse. Retournons-nous : nous faisons face à l’autre grand côté de la place. Et devant nous –un petit peu à droite quand même- on voit une grande tour, la seule située de ce côté. C’est la Tour dite du Diable. Un drôle de nom pour un édifice civil ! Mais une légende raconte que le propriétaire de la tour -revenant d'un voyage- la trouva plus haute qu'à son départ. Une bizarrerie qui ne pouvait être que l'œuvre du Diable! Enfin, regardons à notre gauche, dans l'angle droit de la place ouvrant sur la place du Dôme. Que voyons-nous ? Deux tours tronquées fortement identiques. Et pour cause... Les tours de la famille Ardinghelli sont appelées les Tours Jumelles. Séparées par une seule maison, ces deux tours sont en fait un résumé de l'histoire médiévale de la cité.


<< 6 - Le Palais Pratellesi...         8 - Les 2 tours de la fa... >>

Sommaire complet du dossier :