La Place Saint Augustin

Promenade a san gimignano

La Place Saint Augustin

Nous pouvons maintenant ressortir de l'église afin de continuer notre promenade à travers la cité de San Gimignano. Retrouvons-nous de nouveau sur la place de la Collégiale, devant le palais du podestat.

Nous voici devant le palais du Podestat : à notre droite, c’est la place de la citerne et à notre gauche, il y la « via San Matteo », la rue St Matthieu. Prenons-la. Allons-y. Car nous allons maintenant gagner la place st Agostino et l'Eglise du même nom, Saint Augustin donc. Elle vous permettra, à la fois de découvrir d'autres œuvres de Benozzo Gozzoli, le peintre qui réalisa le martyre de Saint Sébastien, et une cité moins touristique, plus méconnue, plus calme. Pour cela, prenons la rue sur notre droite, située dans le prolongement du Palais du Podestat.
Continuons à marcher RUE San Matteo : elle est marquée par un arc à son entrée. Et comme la rue saint Jean, elle est bordée de palais et de maisons-tours des 12ème et 13ème siècles ornés de fenêtres à meneaux. Empruntons la jusqu'à la porte saint Matthieu, située à environ 400 mètres d'ici, mais ne sortons pas de la cité.

Nous sommes devant la porte st matthieu –san Matteo donc. De là, nous tournerons à droite dans une petite rue, appelée Via Cellolese. Prenons-la jusqu'au bout. Nous serons alors sur la Piazza San Agostino.

La Piazza San Agostino, la Place saint Augustin, a comme particularité d'accueillir deux églises : une petite, en plein milieu de la place, l'église saint Pierre, et l'autre bien plus grande, à l'opposé de la rue Cellolese, l'église saint Augustin. Dans un premier temps, plaçons-nous face à l'église Saint Pierre.

L’église San Pietro, saint-pierre, que nous avons face à nous, n'a rien d'extraordinaire en soi-même. Datant du 12ème siècle, elle est romane et son plus bel attrait est la rosace de la façade. Si vous avez accès à l'intérieur, n'hésitez pas à aller y jeter un coup d'œil. Vous découvrirez des fresques dédiées à saint Pierre. Datant du 14ème siècle, elles sont attribuées à l'école siennoise, peut-être même à Barna de Sienne, dont on a pu admirer le Nouveau Testament dans la Collégiale. Mais ce qui est plus intéressant, c'est le fait que cette église appartient toujours à l'évêché de la ville de Volterra, située à 20 km au sud-ouest de là où nous sommes. C’est comme un rappel de la domination de San Gimignano par Volterra. Car en fait, cette situation durera des origines autour de l’an 900 jusqu’en 1352, date à laquelle se présentera un nouveau conquérant qui n’est autre que la ville de Florence.


<< 19 - Les statues encadran...         21 - L’Eglise Saint Augus... >>

Sommaire complet du dossier :