L’histoire du règne de Charles 4

Notez Prague ?

Promenade au chateau de prague

L’histoire du règne de Charles 4

L'histoire du règne de Charles 4 a profondément marqué l'histoire et l'imaginaire tchèque. Essayons de comprendre pourquoi et pour ce faire, repartons en arrière au début du 13e siècle. A cette époque, la dynastie des Prémyslides est toujours au pouvoir. Et même, ce pouvoir est renforcé par une bulle d'or promulguée par l'Empereur Frédéric 2 de Stauffen, l'empereur du Saint Empire Romain Germanique, qui donne un droit héréditaire aux Prémyslides sur la Bohême.
Puis la mort de Frédéric II consacrera la puissance de la papauté. Premysl Ottokar II, en souverain avisé, entame un rapprochement avec la Curie. Le rayonnement de la Bohême est alors très grand. Et le puissant roi Ottokar II se lance dans la course au titre prestigieux d'Empereur du Saint Empire Romain Germanique. Grave erreur ! Pour les princes-électeurs en charge du choix de l'empereur, mieux vaut prévenir que guérir, et disqualifier le très puissant roi de Bohême dans la course au titre impérial. Finalement, un comte pratiquement inconnu et malléable sera élu, seigneur d'une famille dont on reparlera, il s'appelle Rodolphe de Habsbourg !
Cela dit, en 1278, Ottokar II, refuse l'autorité du nouvel empereur et meurt lors de la bataille de Marchfeld.
La Bohême entre alors dans une période d'interrègne qui prend fin, en 1304, avec l'assassinat du dernier roi prémyslide. Il faut maintenant trouver un nouveau roi à la Bohême.
Et c'est la papauté qui réussira à imposer son champion. La Bohême revient à Jean de Luxembourg en 1310, un prince allemand de culture française. Mais l'histoire retiendra surtout le nom de son fils, Venceslas, le futur Charles 4. Un nouveau chapitre, glorieux, s'ouvre dans alors l'histoire de la Bohême.
En 1333, Venceslas est nommé gouverneur de la Moravie par son père Jean de Luxembourg. Il rétablit rapidement l'autorité royale entamée par le pouvoir de la grande noblesse. Dès lors, son ascension politique est fulgurante. Proche des milieux français et du pape Clément 6, son ancien précepteur, Venceslas a de bonnes cartes en mains. Dès 1344, il réalise le vieux rêve de faire de Prague un archevêché, c'est-à-dire une province ecclésiastique conduite par un archevêque auquel sont soumis les évêques. Concrètement cela lui permettait à la fois de mieux contrôler les évêques de la Bohême et d’augmenter le prestige de sa ville.
Deux années plus tard, après la mort de son père, il devient simultanément roi de Bohême et Empereur du Saint Empire Romain Germanique. A trente-deux ans, le jeune empereur voit s'ouvrir devant lui la possibilité de réaliser ses ambitions politiques.

C'est dans ce contexte là qu'il faut comprendre la politique de grands travaux que Charles 4 décide d'entreprendre à Prague. Car la fonction crée l’organe et Prague se devait d’être digne de son empereur.
Mentionnons quelques-uns de ces travaux les plus connus : le pont Charles, le quartier de Nove Mesto, la ville nouvelle, l'Université de Prague et bien sûr le Château qui reste le chantier le plus important de l'empereur. Car que pourrait bien faire un tel empereur d'un château qui ne serait pas à sa hauteur ?
Le mécénat de Charles se concentre dans la troisième cour autour de deux nouveaux édifices, la cathédrale et le palais royal.


<< 7 - Histoire de la Cathé...         9 - Le Portail de la cat... >>

Sommaire complet du dossier :