Le vitrail de la cathédrale peint par Alfons Mucha

Promenade au chateau de prague

Le vitrail de la cathédrale peint par Alfons Mucha

Il est temps maintenant de faire le tour de la cathédrale en commençant notre "déambulation" par le collatéral gauche, c'est-à-dire l'allée qui se trouve juste à gauche de la nef centrale avant de rejoindre le déambulatoire.

Parmi les innombrables chefs-d'œuvre de la cathédrale, nous nous arrêterons devant ceux qui méritent une attention particulière. La première chapelle à laquelle nous allons consacrer quelques minutes est la Chapelle archiépiscopale, c'est la troisième à gauche en partant de l'entrée.

La chapelle archiépiscopale est connue pour son vitrail très coloré dont le motif fut créé en 1931 par Alfons Mucha, l'un des grands noms de l'art nouveau. En France, on connaît Mucha en tant qu'affichiste des spectacles de Sarah Bernard au début du 20e siècle.
Le sujet du vitrail est consacré à la vie de saint Cyrille et de saint Méthode, deux frères venus en Moravie-Bohême au 9e siècle sur l'ordre de l'empereur byzantin afin d'évangéliser les Slaves. Méthode et Cyrille sont considérés comme les fondateurs de la langue liturgique slave connue sous le nom de slavon. Et bien évidemment, à l'heure du réveil national, au 19e siècle, Cyrille et Méthode avaient eux aussi leur place à la cathédrale de Prague.
Comme nous le voyons, la fenêtre est divisée en trois parties. La partie centrale représente Saint-Méthode habillé en moine et son frère saint Cyrille barbu portant une mitre d'évêque. Ils sont en train de convertir un chef de tribu slave. Aux pieds de ce dernier, une vieille femme nimbée et portant un foulard prie en compagnie d'un enfant nimbé lui aussi et agenouillé sur le sol. Les mains en prière il regarde fixement dans notre direction. Il s'agit de la représentation de sainte Ludmilla, et de son petit-fils saint Venceslas, le patron de la Bohême. Les fenêtres latérales représentent des épisodes de la vie de Cyrille et Méthode et comme à gauche, la traduction des textes sacrés en vieux slave.
Mucha fait appel à une palette composée de couleurs tendres et complémentaires dont il accentue la clarté au centre de la composition pour mieux l'atténuer sur les marges du vitrail. Le jaune au centre, le bleu sur les bords. Le dessin est bien celui de Mucha, très graphique. Regardons par exemple le manteau rouge de Venceslas au centre. Il est bien cloisonné par une ligne dessinée qui permet l'accumulation des plages de couleur pure et en aplat. Mais ce qui est la carte de visite de cet artiste, c'est le thème éternel de la femme belle et langoureuse assise dans un cadre richement ornementé et enroulée dans un nimbe en forme de fer à cheval. Ici, regardez tout en bas de la fenêtre centrale, ce rôle a été attribué à deux jeunes femmes habillées en costume slave. Elles sont présentes dans un décor surchargé de volutes et de feuilles, de tons verts, de bleus et d'or.


<< 11 - Les Bustes sculptés ...         13 - L’œuvre de Frantisek... >>

Sommaire complet du dossier :