La pièce la plus ancienne de la cathédrale

Promenade au chateau de prague

La pièce la plus ancienne de la cathédrale

Nous allons passer maintenant dans la partie la plus ancienne de la cathédrale, celle de Charles 4. Elle commence après la grande tribune d'orgue qui se trouve toujours sur notre gauche. A notre gauche se trouve une chapelle remaniée au 19e siècle et consacrée à saint Sigismond, un autre protecteur de la Bohême. Avançons et suivons les cordons qui entourent les bancs de la nef pour aller devant le chœur.

De là, on voit bien qu'un tombeau se trouve juste dans le prolongement du chœur. Ce tombeau est en marbre blanc, il est décoré de trois gisants, trois défunts, sculptés dans la pierre. Il s'agit de l'empereur Ferdinand Ier de Habsbourg, qui régna de 1526 à 1564, de sa femme Anne Jagellon et de leur fils Maximilien 2. Une présence somme toute logique puisque la cathédrale était aussi la nécropole royale des rois de Bohême, l'équivalent de Saint-Denis pour les rois de France.
Maintenant, tournons-nous en direction du chœur. On voit bien que l'autel n'est pas placé contre le mur d'enceinte de l'église, il en est même séparé par une galerie, le déambulatoire, qui ouvre sur sept chapelles rayonnantes.

Repassons sous les arcades pour revenir dans la nef latérale, et pour commencer à découvrir le déambulatoire sur notre droite. Nous faisons quelques pas jusqu’à la chapelle consacrée à Sainte Anne et en face de laquelle, sur notre droite, se trouve un grand panneau de bois sculpté cachant le chœur de la cathédrale.

Il s'agit de la représentation d'une ville, Prague en l'occurrence. Ce relief a été réalisé par les catholiques dans les années 1630 sans doute pour stigmatiser l'abandon de la ville par un roi protestant, Frédéric le Palatin, après la défaite de la Montagne Blanche en 1620. Regardez, notamment au centre sur le pont Charles : on voit bien le cortège de Frédéric, de ses hommes et de lourds chariots traverser le pont dans la précipitation.
Regardez maintenant la partie droite du panneau : on reconnaît l'enceinte du Château et la cathédrale qui est inachevée. En dessous, on voit le quartier de Mala Strana qui n’est pas encore baroquisé, ainsi que les murailles qui protégeaient les différents quartiers. C'est en quelque sorte une image de Prague figée dans le bois au début du 17e siècle.

Reprenons maintenant notre visite. Tout à l'heure nous parlions du déambulatoire, en fait nous y sommes déjà puisque, après la chapelle de Sainte-Anne, se trouve la première des cinq chapelles dites "rayonnantes" qui donnent sur le déambulatoire. Rappelons au passage que le déambulatoire est ce couloir qui passe entre les chapelles et le chœur. Très fréquent dans les cathédrales gothiques, par exemple à Notre-Dame de Paris, il y a même un double déambulatoire ! Au Moyen-Age, c'était une partie de l'église exclusivement occupée par les clercs, un lieu propice à la prière. Aujourd'hui, il nous permet de passer tranquillement d'un côté à l'autre de la cathédrale. Mais en route, allez donc jeter un coup d'œil dans la deuxième, la troisième, ou la quatrième chapelle, à chaque fois deux magnifiques gisants de pierre, des représentations de défunts, y reposent en paix . Il s'agit des effigies des rois Prémyslides sculptées par Peter Parler et son atelier au 14e siècle. Une fois encore, on peut mesurer le talent de Peter Parler. Les visages sont humanisés et les corps sont enveloppés de lourds manteaux sculptés en plis épais ou enfermés dans des armures de pierre.


<< 13 - L’œuvre de Frantisek...         15 - La 5ème chapelle... >>

Sommaire complet du dossier :