L’intérieur de l’église Saint Stephen Walbrook

Promenade au coeur de la city

L’intérieur de l’église Saint Stephen Walbrook

Avançons, dépassons la base du clocher et nous voici devant l’entrée à notre gauche. C’est cette petite porte qui s’ouvre sur des escaliers. Montons les marches et entrons.

L’accès à l’édifice est petit et étroit. En haut des escaliers, à notre droite, nous voyons une maquette de l’église. Elle est intéressante. Elle montre la façon dont est construite la coupole qui apparaît beaucoup plus grosse que ce qu’elle paraissait à l’extérieur. Il faut dire que sur la maquette, on voit l’église dégagée de tout le fatras de constructions qui l’entoure en vrai.

En arrivant à l’intérieur : vous avez tout compris. Cette église est, à l’intérieur, d’une élégance tout à fait originale. Cela est du à la manière dont Wren a monté sa coupole. Regardons bien. La coupole n’est plus posée sur de lourds murs porteurs comme on en a l’habitude. Mais elle semble aérienne et toucher à peine le sol par le biais de 8 colonnes corinthiennes surmontées d’un grand balcon. Les colonnes corinthiennes sont reconnaissables au décor du chapiteau avec des petites feuilles d’acanthes. Ensuite, la clarté est très grande : cela vient du grand nombre de fenêtres, et de ce que les verrières sont simples et blanches et non plus chargées de vitraux de toutes les couleurs dont certaines étaient sombres.

L’église est dès lors bien éclairée par 2 niveaux de fenêtres. Au 1er niveau, ce sont des yeux de bœuf ovales tandis que, au 2e niveau, les formes sont plus vastes et en ½ cercles. Elles rappellent tout à fait l’inspiration vénitienne que Wren a trouvée en Italie au cours de ces voyages.
Maintenant regardons à nouveau la coupole : le fond est décoré de motifs repris au vocabulaire romain : on dit qu’elle est à caisson. Ce système, qui existe depuis l’antiquité romaine, consiste à empiler ces sortes de caisses qui vont rapetissant avec la hauteur. Et au sommet, la coupole est ouverte par un lanternon qui laisse entrer la lumière.
Enfin, sous la coupole, remarquez un autel en pierre .C’est une œuvre du sculpteur Henry Moore, sculpteur du début du 20e siècle, très attiré par l’art abstrait et les formes lisses et pleines.
Sinon, le reste du mobilier est assez sobre. Des lambris et une chaire en bois noir se distinguent nettement dans cet ensemble clair.

Notre promenade se termine donc par la découverte d’une des plus belles œuvres de Wren, celui qui dut panser les plaies laissées par cet incendie terrible raconté au début. Ressortons maintenant pour nous retrouver dans Walbrook street. En prenant à gauche, nous rencontrons M° Cannon Street. Et en allant à droite, nous trouverons le M°Bank, près de Mansion House.


<< 16 - L’église Saint Steph...         

Sommaire complet du dossier :