La cour intérieure de la résidence

Promenade dans la salzbourg princiere

La cour intérieure de la résidence

Nous vous invitons à découvrir la cour intérieure ornée d’une belle fontaine. Passez sous le porche et arrêtez-vous un instant pour envelopper du regard l’ensemble de la cour.

Notre premier sentiment est que nous sommes un peu écrasés par ces imposantes façades encadrant la cour. Pourquoi ? et bien parce qu’elles sont démunies de la moindre décoration sculptée. Il y a juste des grands pilastres blancs qui structurent les façades en séparant verticalement les rangées de fenêtres rectangulaires.
Sinon, la plus belle aile est celle située exactement en face de nous au fond de la cour avec trois grandes arcades surmontées de hautes fenêtres arrondies au sommet. Cette partie est mise en valeur, car elle abrite l’entrée d’honneur du palais. Nous sommes encore très proches de l’architecture italienne avec ces pilastres munis d’un chapiteau très simple surnommé toscan. Et l’ensemble rappelle d’ailleurs un peu les palais florentins dont l’aspect extérieur très sévère fait penser à des forteresses. Les fenêtres que vous voyez au dessus des arcades donnent sur une grande salle servant aux réceptions princières. Les appartements d’apparat, quant à eux, sont situés au second étage et font le tour de la cour.
Traversons la cour tout droit pour nous rendre sous l’arcade centrale où nous parlerons de la grande statue dressée dans une niche.

Cette sculpture a un air un peu martial pour une décoration de palais épiscopal ; vous ne trouvez pas ? Alors, très certainement, vous reconnaissez ce gaillard musculeux levant une massue pour écraser de toutes ses forces un dragon à longue queue de serpent. Naturellement, il s’agit du héros antique Hercule tuant l’hydre de l’Herne.
Mais que vient faire cette représentation ici? Cette fontaine, car il s’agit bien d’une fontaine comme nous le voyons à l’énorme vasque de marbre, fut réalisée vers 1600 sous le règne du prince Wolf Dietrich, grand connaisseur de l’art italien. Or, depuis la Renaissance, les artistes italiens multipliaient les représentations de divinités et héros antiques pour décorer les palais, les jardins et les places publiques.
Au delà d’un effet de mode, la figure mythologique d’Hercule renferme une signification politique. Ce héros invincible symbolise la force et la puissance du souverain qui fait régnait la justice et balaye tous les obstacles nuisant à son bon gouvernement. De plus, l’hydre était au 17e siècle une métaphore des ennemis et dans le cas de Salzbourg des protestants. En résumé, nous pouvons dire qu’Hercule est l’image de l’archevêque catholique qui écrase le protestantisme.

Regardons encore un instant le mur de la niche encadrant Hercules. Il est entièrement recouvert de pierres déchiquetées et ressemble ainsi à une grotte. Encore une fois, un phénomène de mode venu d’Italie. A partir du début du 17esiècle, les princes allemands et autrichiens prirent l’habitude de faire construire des grottes dans leurs parcs ou même de transformer le rez-de-chaussée des châteaux en une grande grotte couverte de pierres et de coquillages. Nous avons ici l’un des premiers exemples de ce type de décor en pays germanique. L’accès aux appartements se fait à gauche de la statue par la porte vitrée.


<< 12 - La résidence princiè...         14 - Le Domplatz, la faça... >>

Sommaire complet du dossier :