La nef de la cathédrale

Promenade dans la salzbourg princiere

La nef de la cathédrale

Entrons maintenant dans le sanctuaire. Nous nous retrouvons après la porte au bout de la nef.

Nous avons le souffle presque suspendu devant l’immensité de ce superbe espace avec ses hautes voûtes, ses décorations envahissantes et son abondance de statues. Englobons du regard la nef dans laquelle nous nous trouvons. Elle forme comme une vaste salle allongée menant directement vers un véritable puits de lumière qui accroche le regard dès que nous rentrons. Ce puits de lumière correspond à l’espace couvert par la coupole ainsi qu’à l’alcôve du cœur fermant la perspective. Nous avons le sentiment que la nef est très sombre pour nous conduire progressivement vers la lumière de l’autel, et, un peu comme nous l’avons vu sur la façade, vers Dieu donc. Regardez à droite et à gauche de la nef. Nous observons que les murs sont rythmés par de gigantesques doubles pilastres s’élevant jusqu’à la voûte et séparant de chaque côté 4 très hautes arcades. Ces dernières donnent accès depuis la nef à des chapelles latérales rectangulaires.
On se sent assez écrasés par ces grands éléments architecturaux qui semblent surveiller notre cheminement vers la lumière. Sinon, on sent que la symétrie règne dans cette architecture : les formes sont bien régulières, il n’y a pas d’exubérance et puis tout est symétrique. A une chapelle aménagée à droite répond symétriquement une chapelle à gauche. De même, aux chapelles inférieures correspondent automatiquement les oratoires de l’étage: ce sont les balcons au dessus des arcades. L’harmonie de la nef provient également de ses dimensions. La longueur de la nef depuis l’entrée jusqu’à l’espace de la coupole correspond à 2 fois sa largeur. De même, la hauteur de la nef jusqu’à la naissance de la voûte est identique à la largeur.


<< 17 - Les statues de la ca...         19 - La voûte de la cathé... >>

Sommaire complet du dossier :