Le cimetière de Saint Pierre

Promenade dans la salzbourg princiere

Le cimetière de Saint Pierre

Mais continuons notre chemin. Tournez le dos à la statue de Népomucène et retraversez la cour en allant ensuite sur votre gauche. Vous voyez alors un petit chemin menant vers un porche fermé par des grilles.
Vous pouvez voir sur le mur une flèche avec l’inscription Katakomben. Prenons donc cette direction, elle nous conduit vers le charmant cimetière Saint Pierre. Nous nous retrouvons après la grille à l’entrée du cimetière.

Ce cimetière est l’un des lieux les plus romantiques de Salzbourg. Droit devant nous se dresse la montagne avec une construction munie d’une petite tourelle accrochée à sa paroi rocheuse. Vous la voyez ? Vous verrez alors également que la paroi est percée de lucarnes. Elles donnent dans des salles appelées « les catacombe s ». Nous reviendrons sur ces dernières.
Le chemin est bordé de pierres tombales et d’élégantes croix de fer forgé qui semblent avoir traversé les époques. Maintenant, regardez au milieu du cimetière, à gauche du chemin tracé devant nous, nous voyons une belle petite église de pierre. Approchons-nous de la petite église et arrêtons-nous devant son portail.
Après la taille imposante et le faste ostentatoire que nous venons de découvrir avec la cathédrale, cela crée un fort contraste. Car, du moins pour nous, ici, cette petite église bien intégrée dans ce paysage, nous apparaît beaucoup plus émouvante, riche de sa simplicité et de sa ferveur discrète. Le temps semble s’être arrêté. Dès le 19e siècle, ce cimetière fut un sujet de prédilection pour les peintres et les poètes. Nous les comprenons bien. En marchant le long des allées tortueuses, nous découvrons toujours un nouvel aspect, une nouvelle perspective séduisante. N’hésitez pas à utiliser votre appareil photographique, car c’est généralement ce genre de photos souvenir qui recréent le plus d’émotions lorsqu’on les regarde chez soit. Continuons jusqu’à l’église.

Quelle simplicité n’est ce pas ? Rien ne vient troubler cette élégante façade entièrement en pierre de taille. Seule la belle porte avec son encadrement en arc brisé, c’est à dire achevé en pointe vient briser la régularité du mur de pierre. Et cet arc brisé nous permet de déterminer le style de cette chapelle : le gothique.

En effet, elle fut construite vers 1490 en pleine époque du gothique dit tardif. Dans l’évolution architecturale du Moyen Age, il est habituel de séparer en 2 époques : roman et gothique. La première la romane se reconnaît à la forme de ses voûtes et arcatures dite en plein cintre. Cela veut tout simplement dire que la voûte est à la forme d’un arc arrondi non interrompu. Disons que la voûte forme une demi-lune. Le gothique, nous l’avons devant les yeux. Il est beaucoup plus complexe et se reconnaît à ses arcs brisés et souvent à ses ornements compliqués. Regardez au dessus de la porte comment les arcs s’entrecroisent de manière raffinée pour former l’arc brisé. Nous avons presque l’impression que la pierre a été tordue comme un simple jonc. Sous la pointe de l’arc nous voyons 3 petites consoles très travaillées. Elles retenaient à l’origine des sculptures qui ont malheureusement disparu. Tournons le dos à l’église pour englober du regard encore les nombreuses tombes. Nous voyons souvent au pied des croix une bougie rouge. C’est une tradition des pays germaniques. Le soir, les parents viennent allumer la bougie qui brille toute la nuit. Parmi les nombreuses personnes reposant ici, il y en a une particulièrement singulière. En fait, il y a 7 croix de fer alignées côte à côte. D’après une légende, il s’agit d’un assassin et de ses 6 victimes. Un maître maçon eut 6 femmes successives qui moururent à tour de rôle. La dernière put se sauver et la vérité fut découverte. Il attachait ses victimes et leur chatouillaient les pieds jusqu'à ce que mort s'ensuive. Procédé original avouons le.


<< 27 - La cour du moulin ...         29 - Les catacombes... >>

Sommaire complet du dossier :