Une place en harmonie

Promenade dans la salzbourg princiere

Une place en harmonie

Nous allons maintenant gagner la jolie église sainte Pierre. Pour ce faire, tournons le dos à la montagne et prenons le chemin à gauche qui conduit vers un passage voûté situé sous un bâtiment de 4 étages. Le chemin est bordé à sa droite par l’église dont nous voyons la haute tour s’élever devant nous.

Voilà, nous sommes devant l’église saint Pierre. Pour commencer, tournons le dos au portail afin de regarder la magnifique place. Une autre place ! Il s’agit de la Stifthof qui signifie tout simplement la « cour du monastère ». Salzbourg réserve décidément de nombreuses surprises. Après le romantique cimetière, avec ses nombreuses croix plantées un peu en désordre, nous voici au milieu d’une magnifique place baroque entourée de bâtiments identiques sur chaque côté. Admirez la régularité de cet ensemble. Aucun bâtiment moderne ne vient troubler la beauté des façades. Figurez vous que nous sommes en fait dans l’une des cours intérieures du monastère de Saint Pierre, et c’est la seule cour ouverte au public. En fait la cour où nous sommes fut entièrement unifiée en 1686 à partir de bâtiments anciens et les façades redécorée en 1770.
Les façades furent toutes recouvertes d’un enduit blanc sur lequel se détachent simplement les fenêtres dont les encadrements sont peints de couleur rose pale. Le résultat nous semble harmonieux. Au passage, nous notons une certaine évolution depuis la Renaissance dans la façon de créer du « beau architectural ». La Renaissance prônait l’usage des symétries qui permettaient d’arriver à une harmonie. Plus tard, le classicisme renforça encore cette caractéristique en y ajoutant encore plus de simplicité. Et comme les façades étaient de plus en plus grandes, il y avait un risque que les façades ne soient ennuyeuses à voir. Ce qu’on fit alors, pour donner du rythme comme on dit, ou pour donner un peu de distraction au regard tout simplement, ce fut de poser des colonnes sur les murs. Cela dit, recourir aux grosses colonnes semblait quand même un peu vulgaire, alors pour finir, on prit l’habitude de poser des pilastres, ces espèces de pseudo-colonnes qui affleurent du mur. Et ici, on a trouvé mieux pour garder l’harmonie et briser la monotonie, c’est de jouer sur les couleurs et plus trop sur les éléments d’architecture. Et ces encadrements de couleur différente des murs jouent le rôle de distraction visuelle que jouaient les pilastres auparavant.


<< 29 - Les catacombes...         31 - La façade de l’Eglis... >>

Sommaire complet du dossier :