Le maître autel

Promenade dans la salzbourg princiere

Le maître autel

Mais laissons ces tableaux un peu sévères pour nous avancer jusqu’aux marches précédant le cœur.

Et maintenant, regardez, au fonds du cœur, cet immense maître autel avec ses hautes colonnes latérales et ses 4 figures entièrement dorées d’ecclésiastiques à droite et à gauche. Naturellement, nous sommes impressionnés par les magnifiques candélabres et le tabernacle également doré posés derrière la table d’autel. Le tabernacle correspond à cette immense boite dorée située au milieu et qui sert à enfermer le calice et les hosties nécessaires à la messe. Il s’agit d’un beau travail d’orfèvrerie qui s’harmonise à la perfection avec les 4 candélabres. Tout cet ensemble confère une extraordinaire impression de richesse à l’autel. En réalité, il y a une astuce -si nous pouvons dire- car les chandeliers sont bien en argent doré, et le tabernacle lui est en bois doré.
Levons la tête vers le plafond. Nous pouvons voir un véritable puits de lumière qui éclaire directement le cœur et la table d’autel. Nous avons ici une haute coupole octogonale qui fut rajoutée au 18e siècle. Ceci explique que nous ne pouvions pas la voir depuis la nef. Les hauts murs de cette dernière datent du 12e siècle, et ils nous cachaient complètement la perspective. Cela dit, cela créé une surprise pour ceux qui sont dans l’église et même alors, il faut s’avancer jusqu’à l’autel pour voir la coupole.

Regardons devant nous l’immense autel qui s’élève presque jusqu’à la voûte. Comme souvent à Salzbourg, il alterne les marbres rose et blanc. Il fut réalisé autour de 1780 en même temps que l’ensemble de la décoration de l’église.
Maintenant, regardons les 2 paires de statues placées à droite et à gauche. Encore une fois nous voyons des évêques enveloppés dans de grandes robes savamment pliées, et coiffés d’une mitre et portant une crosse. Il n’y a rien de particulier à dire sur ces statues, qui sont assez moyennes. Parlons quelques instants des personnages. Nous en connaissons déjà 2. Virgil et Rupert ! Ils sont situés à gauche. Chacun d’eux porte dans une main le modèle d’une église. C’est simple : Virgil porte le modèle de la cathédrale qu’il a fondé, tandis que Rupert tient la maquette de Saint Pierre. Les deux ecclésiastiques situés à droite sont Vitalis et Armand, des évêques de Milan et de Bavière. Rien de particulier à leur sujet.


<< 34 - Les fresques...         36 - Martin Johann Schmid... >>

Sommaire complet du dossier :