Les tombeaux de Haydn et de l’évêque Rupert

Promenade dans la salzbourg princiere

Les tombeaux de Haydn et de l’évêque Rupert





Nous vous proposons de quitter l’église et d’achever notre visite en passant devant deux tombeaux importants, celui de haydn et celui de l’évêque Rupert. Quand vous tournez le dos au cœur, allez dans la nef située à votre gauche. Ensuite, toujours quand vous tournez le dos au cœur, vous vous arrêterez devant la seconde chapelle que vous voyez sur votre gauche.

Regardez le long du mur de cette chapelle, nous voyons une haute croix entourée de rayons dorés. La croix est dressée sur un amoncellement de pierre et à ses pieds se trouve un piédestal sur lequel repose une urne et une lyre. Ce vase fait naturellement penser à une urne funéraire et la lyre à la musique. En effet, nous sommes devant un monument érigé en 1821 au compositeur Johann Michael Haydn. Quelques années après sa mort, les moines voulurent rendre hommage à celui qui avait composé tant de partitions pour leur monastère et firent construire ce touchant monument : un bel hommage plein de respect. Ils rendirent hommage à une autre personnalité liée au monde de la musique. Sous la fenêtre, nous pouvons voir une stèle emmurée. Il s’agit d’une plaque en mémoire de Nannerl, la sœur de Mozart qui repose également au cimetière de Saint Pierre.
Tournez le dos à la chapelle.

Nous voyons maintenant un autel baroque de couleur rose et vert pâle protégé par une grille. Il s’agit de la tombe du fondateur de Saint Pierre dont nous avons si souvent vu la statue : Saint Rupert. L’architecture mouvementée de cet autel avec ses colonnes et ses deux anges dorés n’est cette fois pas en marbre, mais en bois peint. Naturellement la qualité de la peinture imitant les nervures du marbre nous trompe à la perfection. Mais si vous êtes géologue, vous savez qu’il ne s’agit en aucun cas des véritables couleurs du marbre. Tout simplement car il n’existe dans la nature aucun marbre vert intense avec des nervures jaunes. Sur le tableau, nous voyons Rupert en costume de moine flottant sur un nuage. Ce tableau est daté de 1741 et est surtout intéressant, car, dans la partie inférieure, nous voyons une vue panoramique de Salzbourg telle qu’elle était au 18e siècle. Nous reconnaissons ainsi la rivière Salzach qui encercle la ville. Et, au fond, il y a le Mönchberg, cette montagne dominée par la forteresse. Avec toutes ses tours, nous remarquons que la vue générale de la ville n’a pas beaucoup changé jusqu’à nos jours. La tombe du saint, quant à elle, est enterrée sous l’autel. Nous voyons la grille qui la protège en contre bas.


<< 38 - Les chaires...         

Sommaire complet du dossier :