La bourse du commerce

Promenade dans le centre historique d'amsterdam

La bourse du commerce

Mais revenons à présent à ce que nous voyons de notre côté de la rue. Vous voyez que la petite place sur laquelle nous nous trouvons toujours est limitée par un gros bâtiment de briques orangées qui peut rappeler la forme d'un château fort. C'est la Bourse du Commerce, construite au tout début du 20ème par un architecte du nom de Hendrick Petrus Berlage. Au moment de sa construction, l’activité commerciale d’Amsterdam, après 2 siècles d’assoupissement, est relancée grâce à l’ouverture du Nordzeekanaal. Ce canal de la mer du nord -comme vous l’aviez compris- offre à la ville un débouché direct sur la mer du Nord. On réaménage le port pour que des bateaux de fort tonnage puissent venir décharger et l’on construit la gare, que nous avons aperçu tout à l’heure, à la frontière de la ville et de l'eau.

Le cœur d'Amsterdam devient alors le centre névralgique de la ville d’affaires. L’architecte de cette bourse, Berlage, décide d’inscrire son édifice à la fois dans la modernité et dans la tradition.
Il faut se souvenir que le terme de bourse, dans le sens qui est le sien aujourd’hui, fut inventé dans cette région. Il provient précisément du nom d’une famille de Bruges, les Van der Burs. Donc pour montrer combien la Bourse a toujours été une activité importante à Amsterdam, l’architecte a multiplié les références à la tradition. L’emploi de la brique d’abord, qui donne à l’édifice cette couleur typique des édifices anciens de la ville. Le beffroi –ensuite- qui termine le bâtiment côté Damrak et qui symbolise le pouvoir communal. Plaçons-nous bien en face de la façade. Regardez maintenant l’angle qui est à la gauche de l’édifice, donc au bord du Damrak : vous voyez une sculpture dans une niche qui représente un chevalier du moyen âge. C'est Roland, neveu de Charlemagne, symbole de gloire héroïque et de fidélité. Que fait li aux pieds d’un beffroi ? Mystère !

Maintenant, regardez le reste de cette façade. Que voit-on ? Tout d’abord, bien sûr, ces grandes baies vitrées. Par l'utilisation de vitraux, elles évoquent l'architecture des édifices religieux. Et même, regardez au sommet : le fronton –lui-rappelle les temples antiques, c'est-à-dire les religions d’avant le christianisme. Bref tout un vocabulaire architectural religieux pour le temple du commerce et de l'argent. Nous sommes bien en Batavie ! L’accent est aussi mis sur le fonctionnalisme: regardez l'ensemble: formes simples, matériaux peu coûteux et adaptés au pays, apparition du verre et du métal pour la couverture de l’espace central. L’intérieur du bâtiment n’est hélas pas en accès libre.


<< 8 - Le Damrak, le premie...         10 - La rue d’Oudebrugst... >>

Sommaire complet du dossier :