Promenade au bord du quai

Promenade dans le centre historique d'amsterdam

Promenade au bord du quai

Quand nous sommes dos à l’entrée de l’église, continuons notre promenade en contournant l'édifice, cette fois-ci en allant vers la gauche et allons jusqu’au quai.

Nous voici au bord du quai. Allons à gauche en longeant le bord du canal jusqu'au numéro 40. Profitez-en pour regardez les jolies maisons qui donnent sur le canal. En particulier, les n°23-25, deux maisons jumelles aux frontons identiques. Puis regardez ensuite une maison au fronton baroque dont les motifs qui descendent autour de la lucarne sont de gros dauphins en stuc. Poursuivons notre promenade donc jusqu’au n°40.

Nous voici devant le n° 40, une maison de 1663 convertie en musée depuis 1888. Dès l'origine, cette maison abrita dans son grenier une église de rite catholique, alors même que cette religion était officiellement interdite dans le pays. En fait, la Hollande, pays de tout temps plutôt progressiste, autorisait la pratique religieuse catholique à condition qu’elle fut discrète. Les églises devaient s'abriter dans des lieux qui n'offraient aucun signe extérieur identifiable. Il existait une dizaine de chapelles de ce genre dans la ville, mais celle-ci est la mieux conservée. Surnommée au 19ème siècle “ le Bon Dieu dans le grenier ”, il est possible de la visiter. Elle est étonnante !  Il y a des tableaux qui témoignent de la foi de leurs propriétaires et de l'esthétique de la Contre-réforme. Et le reste de la maison évoque une maison cossue du 17ème siècle avec son riche mobilier et son atmosphère feutrée.

À la sortie du musée, continuons à longer le canal jusqu'au prochain pont. Sur le chemin, regardons le n° 14. C’est une maison de briques rouges avec ce qu'on appelle un pignon à redent, c'est-à-dire en escalier. Vous commencez à le voir en approchant. Cette maison est un peu différente des autres. Elle doit dater du 16ème ou du début du 17ème . On le sait grâce à deix indices : le premier est ce pignon un peu spécial, qui on le sait date de fin 16ème, début 17ème. Pour le 2ème indice : remarquez aussi que chaque fenêtre est fermée par de petits carreaux sertis dans du plomb comme un vitrail. C'est un élément traditionnel des maisons du début 17ème .


Prenons maintenant le pont à droite pour traverser le canal. Ne manquez pas, sur le pont, de jeter un œil sur la jolie vue sur les tours et le dôme de l’église St Nicolas.

Prenons ensuite le quai sur la droite et marchons jusqu'à la première petite rue à gauche qui s'appelle Korte NIEZEL. Nous la continuons tout droit jusqu’au canal qui s’appelle : Achterburgwaal et arrivons sur la Korte stormsteeg dans le prolongement du pont. Continuons tout droit sur 50m environ jusqu'à Zeedijk qui est la 1ère rue que nous croisons. Zeedijk est une petite rue qui marque à la fois la fin du quartier rouge et nous plonge en plein quartier chinois. Zeedijk veut dire « la digue sur la mer» et de fait, elle marque l’emplacement de la première digue créée au 13e siècle pour repousser les eaux de la mer qui menaçaient alors la vieille ville. Cette rue, bordée de jolies maisons amstellodamoises abrite des commerces essentiellement asiatiques dont les enseignes, comme d’ailleurs les plaques de rue, sont en chinois. C'est un quartier très actif et très fréquenté, en particulier le soir. La cuisine hollandaise n'étant guère prisée par les gastronomes, il est courant ici d’aller dîner dans des restaurants asiatiques, orientaux ou du Surinam.
Continuons à marcher jusqu'à la pagode chinoise dont nous apercevons déjà les toits jaunes et rouges et son architecture si particulière.

Arrêtons-nous un instant devant cette pagode dont l’architecture un peu kitch tranche sur ce quartier aux bâtiments traditionnellement sobres. Cette pagode est le Premier Temple bouddhiste inauguré en hollande par la reine Béatrix en l'an 2000. Il appartient à l'ordre taïwanais Fo Guang shan et est le plus grand temple européen de cet ordre bouddhique. Il est construit selon les plans d’un palais traditionnel chinois. Regardez, il y a trois portes : La porte principale devant nous est réservée aux moines. Les éléments de décors organisés par trois sont symboliques car le chiffre 3 est un chiffre positif. Les trois portes symbolisent : le vide, le néant et l’immobilité et les escaliers qui les précèdent montrent qu’on parvient au nirvana degré par degré.


<< 14 - L’intérieur d’Oude K...         16 - Nieuwmarkt, le nouve... >>

Sommaire complet du dossier :