La seconde maison en pierre d'Amsterdam : trippenhuis

Promenade dans le centre historique d'amsterdam

La seconde maison en pierre d'Amsterdam : trippenhuis

Tournons maintenant le dos à la terrasse présente sous cette porte saint Antoine et dirigeons-nous vers le canal que nous voyons légèrement sur notre droite. C’est le canal kloveniersburgwal.

Arrivé au début du canal, prenons le quai sur notre gauche sur les n° impairs donc et marchons jusqu'au numéro 29.

Nous sommes devant la seconde maison en pierre d'Amsterdam, la Trippenhuis, qui peut être considérée comme un autre palais après le palais royal. Il s'agit d'une maison du 17ème siècle que l’on doit à un architecte du nom de Justus Vingboons qui passe pour être l'inventeur du style classique en hollande à la fin du 17ème. Cette maison est donc l'exemple même du classicisme amstellodamois, au demeurant assez rare dans la ville. Elle occupe, comme vous pouvez le constater, une parcelle bien plus grande que les autres maisons. Regardez sa façade : elle n’a pas 3 fenêtres, mais 6. Conclusion: elle est construite sur deux parcelles réunies en une seule. Ensuite, 2ème surprise : le matériau. Vous remarquez qu’elle est tout en pierre et, 3ème surprise, elle n'a pas de pignon. Bref, une maison atypique dans le paysage d’Amsterdam. Sinon, voyez aussi ses caractéristiques classiques : il y a bien sûr les traditionnels pilastres cannelés: ce sont ces sortes de colonnes carrées et encastrées qui courent sur toute sa hauteur et qui sont terminés par des chapiteaux à décor de feuilles d'acanthe. Vous remarquez que les étages sont séparés les uns des autres par des bandeaux sculptés de guirlandes végétales et de médaillons. C’est typique du style classique. Car il y a la rigueur qu’on avait à la Renaissance et dans l’antiquité, mais il y a aussi des petits plus issus de l’époque baroque : ce sont ces petites décorations comme les médaillons, et les guirlandes.
Alors sinon, qui étaient les propriétaires de l’édifice ? Il s’agissait des frères Trip. Et quel était leur métier ? Et bien regardez le tympan, partie supérieure de l'édifice : il est orné de canons qui rappellent leur métier de marchands d’arme. Mais attention, pas n’importe quel type de marchand d’armes. Regardez, vous voyez une inscription qui veut dire : "marchands d'armes pour la paix ". Ah, nous voilà rassurés. Et en fait, derrière une façade unique, et sous un même toit, les 2 frères ont fait construire 2 maisons, une pour chacun. La séparation se fait au milieu de la façade. Usant avec dextérité des jeux de perspectives pour élargir l'espace réel et s'attachant à l'ornementation, cette architecture est faite pour séduire, en contradiction totale avec les habitudes austères des Amstellodamois de l'église réformée. L'hôtel est maintenant un institut privé, on n’y a donc pas accès.


<< 16 - Nieuwmarkt, le nouve...         18 - Poursuite de la prom... >>

Sommaire complet du dossier :