La rue Cardinale

Promenade de decouverte d'aix-en-provence

La rue Cardinale

Vous êtes maintenant revenus sur le parvis de la Chapelle des Oblats. Alors, lorsque vous êtes dos à la chapelle, tournez immédiatement sur votre droite pour rejoindre la rue d’Italie. Descendez la rue d’Italie sur environ une centaine de mètres en restant sur le trottoir de droite. Passez la rue Fernand Dol mais engagez-vous dans la suivante, la rue Cardinale sur votre droite. Vous êtes maintenant à l’angle de la rue Cardinale et de la rue d’Italie où se trouve un fabricant de calissons. Ce sont des sortes de petits fours en pâte d’amandes parfumée à l’orange, une spécialité aixoise. Si le calisson ne peut être retranché à la culture aixoise, il en est de même pour la rue Cardinale. Mettez-vous sur le trottoir de droite et avancez dans cette rue jusqu’ à l’église st jean de malte et jusqu’au Musée Granet. Prenons un peu le temps de connaitre cette rue. En effet, le 17e siècle sera la grande époque de l’urbanisme aixois. Les limites de la ville seront repoussées loin, hors des murs médiévaux. De nouveaux quartiers verront le jour pour recevoir la nouvelle aristocratie de robe mais aussi la bourgeoisie et les artisans. On peut citer trois grands chantiers à Aix au 17e siècle: le quartier Villeneuve juste derrière la place des Prêcheurs, le Cours à carrosses c'est-à-dire le Cours Mirabeau- à quelques pas d’ici et enfin le quartier Mazarin. Le quartier Mazarin résume à lui seul toutes les ambitions urbanistiques des notables de la ville et au premier chef d’un archevêque, Michel Mazarin, frère du Cardinal Mazarin auquel le nom de la rue Cardinale rend hommage. C’est en 1646 que le quartier est né, mais au début on ne s’y bousculera guère. Les premiers acquéreurs furent d’abord des artisans, menuisiers, maçons, orfèvres. Puis une seconde vague composée de marchands enrichis et souvent anoblis, de bourgeois et de quelques parlementaires arrivent dans les années 1650. Il faudra encore attendre pour que la noblesse d’épée et de robe ne quittent la vieille-ville, en particulier le quartier du Bourg-Saint-Sauveur pour investir le quartier Mazarin. Aujourd’hui, le quartier est l’un des plus résidentiels de la ville, calme, ordonné, clair, organisé à partir de rues rectilignes dégageant de grandes perspectives, mais aussi des surprises ! Pour preuve cette rue Cardinale qui se développe sur près de 400 mètres ! Pour notre part nous nous arrêterons mi-parcours pour rejoindre le Cours Mirabeau où s’achèvera cette promenade. Continuez à marcher jusqu’à l’Eglise Saint-Jean-de-Malte puis le Musée Granet installé dans l’ancienne Commanderie des Chevaliers de Malte.


<< 28 - La Chapelle des Obla...         30 - La place des 4 dauph... >>

Sommaire complet du dossier :