L’église de san Miniato

Promenade florentine : de l'église san miniato au ponte vecchio

L’église de san Miniato

Et maintenant, retournons-nous vers l’église. Face à nous, l’église borde une esplanade. Portez votre regard vers la droite, là où s’élève un austère palais. Il est contemporain du palais de la Seigneurie, siège de l’organe politique de la cité de Florence, situé dans la zone historique. Comme ce dernier, il date des toutes dernières années du 13ème siècle. On y retrouve le même style sévère, les mêmes créneaux. Il s’agit du palais des Evêques et leur servira de résidence d’été, leur permettant d’échapper aux fortes chaleurs que connaît la cité durant cette saison. Aujourd’hui, il appartient au couvent des Olivétains qui desservent l’église depuis qu’elle leur fut donnée au 14ème siècle. À gauche de l’église, un campanile datant du 16ème siècle. Il n’a rien de particulier si ce n’est d’avoir été sauvé par Michel Ange, qui l’avait judicieusement protégé avec des matelas, lors de ce siège de1529.

Mais revenons à l’église de san Miniato : c’est un monument majeur du patrimoine florentin.
Nous allons voir en quoi elle est l’héritière de différentes périodes artistiques de l’histoire de l’Italie. Nous allons également découvrir à l’intérieur 2 témoignages importants de la renaissance italienne, l’un relevant de l’architecture, l’autre de la sculpture. Portez maintenant votre attention sur l’église. Elle est dédiée à saint Minias, 1er martyr de Florence et 1er évangélisateur de la région, décapité en 250. Son histoire ressemble beaucoup à celle de saint Denis. St Denis, rappelons le, avait été décapité sur la colline de Montmartre à Paris et avait descendu la colline avec sa tête sous le bras pour l’apporter en en lieu désormais appelé Saint Denis. Et bien ici, c’est pareil : après sa décapitation, saint Minias -en tenant sa tête sous le bras bien sûr- réussit à monter cette colline où nous sommes qui désormais porte son nom. Ses restes furent ensevelis dans une petite chapelle. Et les mêmes causes produisant les mêmes effets, là aussi, ce sanctuaire devint un centre de dévotion et de pèlerinage important. On dit même que Charlemagne s’y rendit. Autour de l’an Mil, un 1er édifice de taille importante est construit en style pur roman. C’est également à cette époque que la comtesse Mathilde, mère du marquis Ugo de Toscane, celle qui donna aux florentins la liberté communale, fit construire dans le centre de Florence le monastère de la Badia. Ces 2 lieux, l’un intra-muros, l’autre extra-muros, furent de hauts lieux de spiritualité religieuse placée sous l’autorité des bénédictins. C’est l’évêque Hildebrand qui décida en 1018 la construction de l’église qui est devant vous.


<< 4 - L’époque où Florence...         6 - La façade de l’églis... >>

Sommaire complet du dossier :