Au ponte vecchio

Promenade florentine : de l'église san miniato au ponte vecchio

Au ponte vecchio

Vous pouvez à présent poursuivre votre chemin jusqu’à l’entrée du ponte Vecchio où nous nous retrouverons.

Nous sommes arrivés au ponte vecchio. Arrêtez-vous un instant à l’entrée du pont.
Portez votre regard vers le haut, tout à fait sur votre droite. Là, le corridor de Vasari forme un coude. En effet, lorsque le grand-duc décida sa construction, la famille des Manneli, propriétaire de la tour, s’opposa à ce qu’on la traversât et Vasari dut la contourner.
Rendez-vous au milieu du pont, et placez-vous tout d’abord sur le côté droit. Soyez légèrement sur vos gardes, les lieux touristiques sont souvent fréquentés par les pickpockets

D’ici, vous avez sur une superbe vue sur le fleuve… Si le temps est beau et que vous êtes en fin d’après-midi, alors vous pouvez voir, dans les hauteurs sur votre droite, briller les mosaïques de san miniato… Vous avez du remarquer, lors de votre promenade le long du fleuve, que ses rives ne sont pas exploitées. L’herbe y pousse librement. Si vous portez votre attention sur la rive qui est à votre gauche, en contre bas du pont, vous noterez qu’ici, les rives sont aménagées en parterres de fleurs, tables et sièges de jardin. Cet espace très agréable est réservé aux adhérents du club nautique qui y pratiquent l’aviron. Quand vous le souhaiterez, vous vous rendrez de l’autre côté du pont devant le buste que vous voyez.

Ce buste date de 1900. Il est celui de Benvenuto Cellini, un des orfèvres et sculpteurs de 1er plan qui travailla pour les grands-ducs au 16e siècle. Si vous vous êtes déjà rendu place de la Seigneurie, vous avez dû voir ce musée de sculptures en plein air, que l’on nomme la loggia dei lanzi. Là, sur la gauche, se trouve une de ses œuvres, Persée et la méduse. Il s’agit d’une œuvre majeure de la sculpture italienne. Si vous ne l’avez pas encore regardé, nous vous encourageons vivement à le faire. Vous devez être curieux face à tous ces cadenas qui sont fixés autour de la grille et un peu partout ; Ils représentent l’engagement que prennent les amoureux qui viennent ici pour «attacher» leur serment…Une superstition qui tient bon, car leur nombre ne cesse d’augmenter.


<< 25 - L’édifice construit ...         

Sommaire complet du dossier :