Les maisons N°1 et 19

Promenade le long des canaux d'amsterdam

Les maisons N°1 et 19

Nous allons faire le tour de cette cour en commençant par la droite où nous voyons inscrit le numéro un sur la maison.

Vous remarquerez que les maisons sont très étroites de ce côté du triangle. Il y a peu de temps encore, ces maisons étaient habitées par des béguines. On leur attribuait une petite maison et elles devaient s'en occuper en assurant les tâches ménagères et en cultivant le petit jardin. A Amsterdam, les béguines ont duré jusqu'au siècle dernier puisque la dernière d'entre elles est décédée en 1971. Aujourd'hui, le béguinage est géré par les œuvres sociales de la ville et ce sont les étudiantes qui les ont remplacées. Et maintenant, allons voir le N°19. Longer la barrière pour vous mettre le plus près possible de cette maison.

Au numéro 19, nous voyons ou du moins devinons la maison dite « de la fuite en Égypte ». Regardez les motifs sculptés sur sa façade et vous comprendrez pourquoi elle a ce nom. Nous voyons la Sainte-Famille avec Marie juchée sur l'âne, qui fuit les persécutions d'Hérode.

Pour son architecture, remarquons sa date de construction, identique à celle de sa jumelle d’à côté : 1721. Maintenant, levez les yeux et regardez leur toit : on voit un fronton qu'on appelle un pignon à col. Le nom lui est attribué parce qu'il s'élève d'une façon haute et mince au-dessus de la façade de la maison. D’ailleurs, nous verrons qu'à Amsterdam les maisons sont caractérisées par ce genre de frontons, qu'on appelle un pignon et qui permettent de dater la construction. En effet, chaque période a adopté un style qui lui est propre. La construction des maisons d'Amsterdam que nous pouvons voir n'est généralement pas antérieure au 16e siècle. Avant cette date, de nombreux incendies ont détruit une partie de l'habitat. Et d’ailleurs, à partir du 15e siècle, une loi municipale interdit la reconstruction des maisons en bois et oblige les propriétaires à utiliser la brique ou la pierre. La brique aura les faveurs des habitants d'Amsterdam grâce à son faible coût, à sa facilité d'adaptation et à sa légèreté. En effet, n’oublions pas que les édifices sont tous construits sur pilotis et qu’il faut alléger le plus possible. Ainsi, l'usage de la brique et les très nombreuses fenêtres pratiquées dans les façades permettent aux maisons de tenir debout sans s'enfoncer dans la couche meuble qui forme le sol amstellodamois. C'est pourtant au béguinage que nous verrons la plus vieille maison de la ville. Elle est située au numéro 34.


<< 4 - L’histoire du béguin...         6 - La maison N°26... >>

Sommaire complet du dossier :