L’histoire de l’Aventin et la Basilique Sainte Sabine

Promenade sur l'aventin et la basilique sainte sabine

L’histoire de l’Aventin et la Basilique Sainte Sabine

Tenons-nous sur la place Pietro d’Illiria, dos à la via Santa Sabina. Nous regardons donc vers l’église. A notre droite s’ouvre la grille d’accès au parc Savello. C’est là que nous nous rendrons d’abord. Après avoir franchi la grille, gagnons le fond de ce petit jardin où nous vous attendons.

Là s’ouvre la vue sur Rome, avec ses collines et les nombreuses tours et coupoles de ses églises. A nos pieds coule le Tibre, et juste face à nous, de l’autre côté du fleuve, s’étend le très populaire quartier de Trastévère. Le nom de ce quartier vient du latin « trans- tevere », « au-delà du Tibre». Il fera l’objet d’une autre visite. En tournant le dos à la vue, nous voyons s’étendre, dans toute sa majesté, la magnifique église du 4ème siècle qu’est Sainte-Sabine.

Et maintenant, parlons de l’histoire du lieu. La présence des orangers rappelle la tradition qui voudrait que le premier oranger de la colline ait été planté par saint Dominique au 13ème siècle. Il se trouve dans la cour de l’église, et nous vous le signalerons plus tard. De manière générale, l’oranger n’est pas un arbre originaire de la région, mais provient plutôt d’Afrique du Nord et d’Orient. A Rome, il ne semble apparaître qu’au règne d’Auguste, à la fin du premier siècle avant notre ère. A ce moment sans doute, le luxe romain aime à contempler ces arbres importés des pays lointains, qui sont comme autant de rappels de la domination romaine sur tout le monde méditerranéen.
Mais parlons maintenant de l’Aventin. L’Aventin est une des premières collines de la ville. Selon la légende qui attribue la fondation de Rome aux jumeaux Romulus et Remus, le territoire de Romulus était la colline du Palatin, alors que Remus s’était établi ici. Un peu plus tard, aux débuts de la Rome antique, la colline de l’Aventin, était habitée par une population relativement pauvre. A l’époque impériale, par contre, dans les premiers siècles de notre ère surtout, le lieu devint plus recherché par l’aristocratie, et se couvrit de belles « domus », ou grandes maisons patriciennes. Mais le souvenir des origines très populaires de la colline resta toujours dans la mémoire collective. En effet, les tribuns de la plèbe, ou représentants du petit peuple auprès du sénat, gardèrent jusqu’aux derniers jours de Rome l’habitude de se retirer sur l’Aventin lorsqu’ils voulaient manifester leur mécontentement par rapport à des décisions politiques ou sociales. C’était d’une certaine manière un retour aux sources. Sur l’Aventin se trouvaient aussi de nombreux temples, comme celui de Diane Aventine, déesse de la chasse.
Nous verrons son emplacement plus tard au cours de notre promenade.
L’Aventin fut aussi un des lieux d’implantation du christianisme dans la Rome antique. Une petite communauté s’y était formée autour d’une riche veuve du nom de Marcella. Cette petite communauté hébergea notamment saint Jérôme. Ainsi, à l’endroit de la basilique Sainte-Sabine se trouvait aussi une communauté chrétienne primitive. Plus tard, au Moyen Age, de nombreux couvents continueront à occuper la colline. C’est toujours le cas aujourd’hui.
Toujours est-il qu’on ne sait pas grand-chose du personnage de sainte Sabine elle-même, si ce n’est qu’il s’agit d’une chrétienne martyrisée à Rome vers 125 de notre ère, sous le règne de l’empereur Adrien. Elle fut sans doute enterrée à l’endroit de l’église actuelle. Cela dit, Sabine devait être relativement importante pour la communauté chrétienne de Rome. En effet, en 432, un certain Pierre, prêtre venu d’Illirie, dans le Nord Est de l’Italie, fit élever sur sa tombe la basilique que nous voyons aujourd’hui.


<< 2 - Aventin et Basilique...         4 - L’histoire des domin... >>

Sommaire complet du dossier :