La place des chevaliers de Malte

Promenade sur l'aventin et la basilique sainte sabine

La place des chevaliers de Malte

Nous allons maintenant ressortir et retraverser la cour pour nous retrouver dans la rue.

Une fois revenu sur la place Sant Alessio, continuez votre promenade en partant vers la droite. Après une cinquantaine de mètres à nouveau, nous arriverons alors sur une curieuse place entourée de murs : la place des chevaliers de Malte.

Nous voici sur la place des Chevaliers de Malte. La place est entièrement entourée de murs, ornés de trophées, dans lesquels on distingue régulièrement une croix à huit branches : la croix de Malte, dont chacune des pointes représente une des Béatitudes. Les Béatitudes sont les promesses de bonheur faites par le Christ à la foule lors du discours sur la montagne, évoqué dans les évangiles. Les murs que nous voyons renferment en effet le prieuré de l’ordre des Chevaliers de Malte et la résidence du grand maître. Ce prieuré est inaccessible.

Mais tout d’abord, qu’est-ce que l’ordre de Malte ? Il remonte à l’origine aux croisades. Il s’agissait à l’origine de l’ordre des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, créé pour soigner et protéger les pèlerins en terre sainte. Dès ses débuts, l’ordre avait reçu du pape le droit d’élire ses chefs sans l’intervention d’aucune autorité extérieure, qu’elle soit laïque ou religieuse. A l’origine, les chevaliers étaient des religieux. Mais c’était un ordre religieux indépendant de l’autorité pontificale.
Au fur et à mesure que l’Eglise perdait ses possessions en terre sainte, sous la pression des armées arabes, l’ordre déménagea. D’abord à Chypre, puis, en 1310 à Rhodes. A cette époque, l’ordre s’était donné pour mission de défendre la Méditerranée, et mit alors sur pied une flotte de navires parmi les plus puissantes d’Europe. Au 16ème siècle, après la prise de Rhodes par les Turcs, l’ordre déménagera encore et s’installe sur l’île de Malte. C’est l’empereur d’Espagne Charles Quint qui la leur avait donnée. Ils ne quitteront Malte qu’en 1798, sous la contrainte de Napoléon. Celui-ci prit en effet possession de l’île lors de son passage vers l’Egypte. Les chevaliers n’offriront aucune résistance, car leur règle leur interdit de prendre les armes contre une nation chrétienne. Ils errent donc quelque temps à travers l’Italie. C’est en 1834 seulement qu’ils s’établissent à Rome. Leurs possessions romaines se trouvent sur deux sites. Ici, tout d’abord. Mais ils ont un autre centre dans le centre de la ville, Via Condotti. Au sommet de leur bâtiment flotte leur drapeau rouge orné de la croix blanche à huit branches, bien visible lorsqu’on se trouve à la Trinité des Monts.

L’ordre de Malte est donc avant tout un ordre religieux. Son grand maître reçoit d’ailleurs le titre de cardinal. Mais dans l’ordre, il y a aujourd’hui également des chevaliers et même des Dames laïcs. Leur fonction, à travers le monde, est de venir en aide à toute la misère qu’ils peuvent rencontrer, et l’ordre soutient de nombreux projets humanitaires.
L’ordre est indépendant politiquement, et constitue donc un véritable état, avec ses responsables, ses ambassadeurs, et même ses observateurs aux Nations Unies. La propriété qui se trouve au-delà de ces murs, tout comme leur bâtiment de la Via Condotti, n’est donc pas italienne, mais est un état indépendant. A Rome, on peut donc visiter trois pays : l’Italie, le Vatican et les propriétés de Malte.
Comme nous l’avons dit, il n’est pas possible de visiter le prieuré et son église du 18ème siècle, Santa Maria del Piorato. Mais il faut tout de même signaler que cette église, ainsi que les murs qui bordent la place, ont été réalisés par la célèbre graveur Piranèse. Pour tout dire, c’est la seule oeuvre architecturale qu’il ait réalisée. Piranèse est surtout connu pour ses vues fantasmagoriques de la Rome antique, et plus encore pour les célèbres prisons imaginaires qu’il représenta en grand nombre. Vous trouverez sans peine des reproductions de ses étonnantes gravures dans les magasins touristiques de la ville.


<< 10 - L’église Saint Alexi...         12 - L’église Saint Ansel... >>

Sommaire complet du dossier :