Le fonctionnement des thermes

Sabratha

Le fonctionnement des thermes

Maintenant, ressortez et allez vers votre gauche, tout au bout, pour vous approcher de la mosaïque qui donne sur la mer. Maintenant, nous allons vous parler de l’organisation et de la fonction des thermes. Les thermes sont un des éléments constants de l’urbanisme de la ville romaine. Sabratha en possédait plusieurs, puisque jusqu’à aujourd’hui, 2 autres ont été dégagés. Ces thermes étaient publics et gratuits. Mais cela n’empêchait pas que certaines belles maisons possédaient leurs thermes privés. Les thermes sont toujours organisés de la même manière. Seuls diffèrent le plan plus ou moins vaste et le décor plus ou moins luxueux. Mais à part cela, l’organisation de base est la suivante : il y a 3 espaces que sont le frigidarium, c'est-à-dire la pièce froide, le tepidarium à savoir la salle tiède et le caldarium ou la salle chaude. Dans les pays où la chaleur est importante, comme la Libye, on donnait une place privilégiée au frigidarium, dans lequel un grand bassin, appelé natatio, occupait une surface importante. Ses 3 salles étaient précédées d’un apodyterium, c'est-à-dire d’un vestiaire. Et dans certains thermes comme ceux trouvés à Pompéi, on a trouvé des casiers creusés dans les murs où les gens déposaient toges et sandales. Enfin, dans certains thermes de grande importance, on trouvait aussi les laconica, ou salle de vapeur.

Le fonctionnement pratique des thermes nécessitait un aménagement très technique. En 1er lieu, il fallait de l’eau, beaucoup d’eau. De l’eau pour les corps, de l’eau pour nettoyer les lieux et de l’eau pour transporter la chaleur de la chaudière aux différentes pièces comme le tepidarium, salle tiède, le caldarium, salle chaude et le laconicum, salle de vapeur. C’est en réalisant la complexité de ce genre d’édifice qu’on se dit que les Romains avaient établi une grande civilisation. L’eau pouvait venir de très loin, c'est-à-dire de plusieurs dizaines de kilomètres. Elle était acheminée par un aqueduc, puis distribuée en différents points de la ville. Arrivée dans les thermes, des chaudières chauffaient l’eau pour alimenter les bassins d’eau chaude et en transformaient une partie en vapeur d’eau. Cette vapeur d’eau était distribuée dans les pièces par des tubulures qui sont ces tuyauteries en terre cuite. Arrivée dans une pièce, cette vapeur était déversée dans la pièce elle-même ou bien elle circulait sous le plancher de la pièce pour la chauffer. En effet, il y avait tout un ingénieux système de briques réfractaires qui emmagasinaient la chaleur et la restituaient ensuite au plancher et à la pièce au dessus. Dans les thermes de Sabratha, il manque la palestre. C’est ce lieu d’exercices physiques qui servent à échauffer le corps pour mieux lui faire goûter le bain. De vrais jouisseurs, ces romains! Le romain passait aux thermes plusieurs heures par jour, car, si ses préoccupations hygiéniques étaient réelles, elles n’étaient pas exclusives. Les thermes étaient aussi un lieu de rendez vous, où se réglaient les affaires courantes. Les grands thermes d’Hadrien à Leptis magna ont révélé un aménagement très développé. Plusieurs salles posent question quant à leur affectation : on a suggéré une ou des bibliothèques, une ou des salles de repos, une ou des salles de massage.

Voilà pour le fonctionnement des thermes. Et maintenant, allons jeter un œil à ces thermes dont il ne reste –hélas- que le frigidarium. Car ici, le rivage est vraiment proche et l’érosion marine a fait disparaître la majeure partie des installations. Lorsque vous regardez la mer, les restes des thermes sont sur votre gauche. Vous voyez une entrée donnant sur un couloir vouté. Vous pouvez l’emprunter et nous nous retrouvons à la sortie.


<< 18 - Les latrines des the...         20 - Le théâtre... >>

Sommaire complet du dossier :